NSEA allers et retours spatiaux – de Terre à Mars à Terre

6112018

Tout simplement  » un roman d’aventure terrestre et spatiale  »
NSEA-couverture-335_99x234_92  ORIGINALE 2

Flyers Salon du livre Etiolles - 17 novembre 2018 (1)

à lire en avion sur un vol de onze à quatorze heures !

De Terre à Mars …..

affiche-saffiche page vericale mars




Solar Impulse de Bertrand Picard

4112018

A la Cité des Sciences et de l’Industrie dans la salle principale au-dessus des visiteurs une vision incroyable !
SOLAR IMPULSE de Bertrand Picard.
Cette vision est incroyable parce que cet avion à l’énergie solaire fait fonctionner quatre moteurs hélice – les panneaux sont sur toute la longueur des deux ailes. Les ailes sont longues et paraissent fragiles. Cet avion est un énorme aventurier avec l’autre exemplaire – un tour du monde uniquement à l’énergie solaire grâce à l’inventivité, l’ingéniosité et au courage tout aussi incroyable de Bertrand Picard. Traversée de l’Amérique, les océans, les territoires les plus étendus de la planète et accueil partout chaleureux, du moins je l’espère au fantastique Bertrand Picard, qu’on a tous suivi pendant ses périples.

J’aurais bien voulu faire apparaître une photo de ce magnifique spécimen aéronautique, mais il y a les fameux droits à respecter, donc il faut aller sur internet et contempler toutes les photos disponibles.




Konstantin Korotkov, dans « l’âme est scientifique »

24052018

Konstantin Korotkov, professeur de physique et autres matières scientifiques à Saint-Petrersvourg a commencé à bouleverser les connaissances tangibles pour cerner d’une manière scientifique l’âme de l’être humain. L’âme est aussi logée chez les animaux, c’est pourquoi il ne faut jamais maltraiter un animal. Korotkov est mentionné dans « L’âme est scientifique – un peu d’astronomie ».

Konstantin Korotkov rejoint certaines conceptions de Roger Penrose et Stephen Hawking.

Par des procédés scientifiques Konstantin Korotkov étudie l’aura des humains, et les propagations électromagnétiques du cerveau par les canaux quantiques qui ne peuvent que déboucher sur l’âme. Les procédés scientifiques utilisés sont modernes et basés sur ceux de la méthode Kirlian notamment. Le couple Kirlian qui avait réussi à photographier l’aura humaine, ce procédé est infiniment plus précis avec l’aide d’ordinateurs hautement perfectionnés pour pouvoir aborder la propagation d’ondes quantiques des neurones du cerveau et du corps. Les découvertes sont stupéfiantes ainsi que les applications qu’on peut en déduire pour le domaine médicale.

Il faudrait peut-être le traduire…
Ecoutez-le:




MARS aurait pu être conquise en été 2018

22122017

Cette année, vivez la conquête de la planète rouge avec:
NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX

Flyers Salon du livre Etiolles - 17 novembre 2018 (1)

La fusée resterait en orbite et son vaisseau arriverait fin juillet sur la planète MARS. Oui, cet été lors de l’opposition, l’une des plus favorables.

2018 est une année exceptionnelle dans nos relations avec la planète MARS, notre voisine la plus proche dans notre système solaire.

Si on devait se lancer à la conquête de Mars, ce serait maintenant ! Du fait de l’opposition de cet été, mais dans le livre, il y a eu des départs déjà en 2013 et 2015… Un gros stock de matériel est déjà sur Mars.

On devait embarquer dans le vaisseau spatial aux environs du 20 janvier 2018 – c’est à cette date qu’il eut fallu allumer les boosters et faire décoller la très grosse fusée type SLS ou Proton. La planète rouge sera resplendissante tout au long de l’année 2018, l’année de son opposition une des plus favorable, le 27 juillet exactement.
Wladimir

NSEA-couverture-335_99x234_92  ORIGINALE 2

NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX
Lys Editions Amatteis

On peut commander:

soit chez l’Editeur: Lys Editions Amatteis

http://www.77direct

soit en librairies




Décollage magnétique, j’en suis l’inventeur pour les fusées

15112018

Je suis l’inventeur du DECOLLAGE MAGNETIQUE pour les fusées pour preuve consulter le roman NSEA allers & retours spatiaux ou bien « Cosmos 21″.

Le décollage des fusées dans mon livre se font au départ des spatiaudromes comme « Falaise Crevaux » en Guyane non loin de Kourou, une centaine de kilomètres, de Houston aux Etats(Unis, de Baïkonour au Kazakhstan et de Plessetsk au nord de Moscou en Russie. Je suis l’inventeur d’un puits que j’appelle « PCHE » puits de catapultage électromagnétique. Ces puits sont construits et utilisés sur les bases de lancement de fusées ci-dessus mentionnées.

Il est indéniable qu’il serait justifié que je sois Consultant dans toutes réalisations conséquentes à mon invention et représentant à titre honorifique de certaines entités aéronautiques utilisant cette invention qui est inspirée des décollages magnétiques sur les portes-avions modernes.
Wladimir Vostrikov
15 novembre 2018




Programme Bourane et AN-225 devrait être réactualisé

15112018

Quel dommage qu’une idée aussi géniale ait été arrêtée. Espérons qu’un jour dans les années qui viennent « Bourane » reviendra ainsi que l’extraordinaire porteur, l’avion le plus grand du monde l’Antonov AN-225 afin de justement reprendre des vols vers ISS qui en a besoin de toute urgence, mais aussi des vols vers la Lune, la planète Mars et en général vers le lointain cosmos pour découvrir les exoplanètes avec des vaisseaux spatiaux comme « Bourane » mais aussi plus grands et bien plus sophistiqués. Le programme « Bourane » avec l’AN-225 étaient appropriés pour rejoindre une ou des stations non seulement comme ISS mais aussi et surtout des stations GÉOSTATIONNAIRES comme celle qui est décrite et construite dans: NSEA allers & retours spatiaux. Stations géostationnaires selon les théories et les projets du précurseur de l’astronautique reconnu dans le monde Constantin Tsiolkovski et agencées par de géniaux concepteurs en astronautiques et aéronautiques.




Cabaret Astronomie Mars et la Lune ce 13 novembre 2018

13112018

Mars se trouve ce soir à 19 heures local (18h tu), à 25° est de la Lune ce 13 novembre. Je connais ces choses grâce à « Ciel et Espace » qui savent que Mars sera distante de 5° le 15 novembre de Sélène, toujours à l’horizon sud.
C’est agréable de s’y retrouver…




à la Cité des Sciences, l’astronomie

3112018

Avec Alexandre mon petit-fils, nous avons vu et écouté Aurélien Barrau à la Cité des Sciences de Paris. « Trous noirs et gravitation quantique » édifiant, intéressant et spectaculaire « good one man show » Salle Gaston Berger où science et poésie s’ajustent parfaitement – où a-t-il trouvé ces textes ? Les mini trois noirs quantiques du LHC ne représentent aucun danger pour la Terre car en laboratoire ils éclatent comme des petites bulles de savon, je pense qu’il a fait cette comparaison par rapport aux « mini big bang » étudiés et approchés au LHC qui selon les astrophysiciens ne représentent aucun danger pour notre planète, alors que certains commentaires affirmaient il y a de cela quelques années que le « Big Bang originel » est bien parti d’un mini début qui devint exponentiel. Puis Brigitte Zanda, toujours passionnante avec son programme « Fripon Vigie-Ciel » avec Asma Steinhausser qui a détaillé leur logistique. Juste avant « Photométrie des astéroïdes » avec Stéphane Fauvaud salle « 2″ énumération d’études très sophistiquées pour mesurer les objets du ciel dont les astéroïdes, puis Hérvé Cottin salle Louis Armand qui a remis les pendules à l’heure concernant les affirmations hâtives par les plus grands journaux du monde sur « la vie trouvée ailleurs que sur la Terre », une position comme celle d’Enrico Fermi: Des extraterrestres ? Vous en voyez ? Moi j’en vois pas, où sont-ils ? Peut-être qu’un jour l’un d’eux nous frôlera, nous touchera ou pire voudra nous faire du mal… peut-être sont-ils déjà là depuis fort longtemps, mais « peut-être n’est pas scientifique ». Pour l’instant les plus infimes particules les plus basiques n’ont pas été trouvées, sauf de la glycine et du carbone, très peu d’échantillons de l’espace cosmique ont été récoltés comme des poussières infimes d’un capteur revenu sur la Terre et quelques kilogrammes de roches lunaires stériles. De nombreuses conférences passionnantes auxquelles il était impossible d’assister simultanément à d’autres. Des rencontres.
Et puis nombreux stands de télescopes fantastiques, de trépieds et de montures équatoriales motorisées, des lunettes, des Dobson motorisés numériques, des jumelles et des accessoires, on ne sait où donner de la tête!




Circuits distribution livres

1112018

Mon ouvrage chez « Lys Editions Amatteis » concernant la planète Mars, vedette jusqu’à la fin de cette année 2018, serait approprié dans vos prestigieux circuits de distribution.
NSEA Allers et retours spatiaux – est un roman de science fiction aux techniques fiables contemporaines. A notre époque il est possible d’aller comme cela avait été largement prouvé avec le programme « Apollo » sur notre satellite la Lune à plusieurs reprises, mais aussi les techniques actuelles permettent depuis des années de s’aventurer jusqu’à Mars. Les seuls obstacles semblent être les financements. Il s’agit d’une aventure à travers le monde, sur notre Terre, puis aussi jusqu’à la planète rouge. Les buts de l’avenir seront de conquérir une exoplanète, les humains s’y préparent. Les idées du génie humain sont insoupçonnables – fusées, vaisseaux, modules, moteurs ioniques, moteurs nucléaires, station géostationnaire orbitale autour de la Terre, stations lunaire. Le temps est le problème principal, vient ensuite l’endurance physique et mentale des hommes. De toute façon il faudra bien un jour trouver des solutions face au surpeuplement de notre planète et préserver une partie de l’humanité en s’expatriant très loin dans le cosmos…

dans quelques journaux
Editeur : Lys Editions Amatteis – France
e-mail: editions.am@tteis.fr http://77livres.fr
blog: vladex.unblog.fr
Les Editions du Net http://www.leseditionsdunet.fr




Ovni ou UFO, pourquoi pas mais pas aujourd’hui semble-t-il

27102018

Aujourd’hui trois avions de ligne ont vu un étrange objet très lumineux, deux non loin de leur trajectoire et le premier a même demandé par radio à la tour de Londres (de contrôle) s’il y avaient des entraînements militaires aériens dans le ciel anglais, non lui ont-ils répondu en affirmant qu’il ne s’agissait certainement pas d’UFO, mais la commandante de bord a bien vu un objet très lumineux au bout de l’une des ailes de son gros appareil. Alors UFO ou OVNI ou jeux de lumière…

Vous savez les ovnis tout le monde en voit, chacun à sa manière. A New-York à Long Island lors d’un séjour chez ma cousine, nous nous étions arrêtés près de la barrière de la maison d’une de ses amies, une Italienne qui nous avait décrit et expliqué, voir très souvent des engins dans le ciel évoluer au-dessus de chez elle, avec des signaux bizarres disait-elle. Nous avions bien ri et passé notre chemin. Cette dame était tellement convaincante que j’ai la faiblesse jusqu’à maintenant de la croire. Ma cousine m’avait certifié que par ailleurs l’Italienne était une très bonne amie à elle et qu’elle n’était pas frappée de folie quelconque. Eh bien cela m’arrive parfois, je dis « un ovni » quand je ne comprends pas un objet dans le ciel, mais je garde toujours en moi l’idée qu’une explication évidente et rationnelle peut expliquer l’étrange apparition. Des satellites, la nuit, on en voit tous, un point clair, plutôt petit qui se déplace très haut dans le ciel la nuit d’une manière régulière sur une trajectoire rectiligne. Aujourd’hui j’ai vu un petit objet, sous les nuages, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un oiseau qui battait des ailes car cela clignotait, gris, blanc, gris, blanc, gris, blanc, je l’ai vu par la fenêtre, puis j’ai eu le temps d’aller le voir immédiatement dans le jardin, l’objet continuait sur sa trajectoire et clignotait en-dessous des nuages, sans aucun bruit il se dirigeait au nord. Un avion, non, un hélicoptère non, un drone peut-être, mais non, et puis un ovni ça ne clignote pas, alors un oiseau, non. « Un » je ne sais pas.

Chez LES EDITIONS DU NET




Cabaret astronomie

21102018

Traveler DC 120IMAGES PHOTOS de l'appareil PENTAX 094Vous avez vu ce matin ? Orion dans toute sa splendeur impressionnante, plein Sud ? Quand vous sortez de boîte, regardez le ciel – Tout commence à partir de vingt heure, même dix-neuf heure et ça continue jusqu’à l’aube. Nous sommes comme sur un manège les objets du ciel se déplacent pourrait-on croire d’est en ouest, mais c’est nous qui tournons sur notre manège d’ouest en est – toujours d’ouest en est et l’impression qu’on a c’est que les planètes avancent ainsi que la Lune d’est en ouest, comme sur un manège, mais un manège penché en plus. Au cabaret astronomie, on en reparlera !

Ce soir vers vingt deux heures locale /20 heures tu/ c’est presque la pleine lune et Mars est à 50 degrés au sud, le 22 octobre. Mars s’éloigne, Gisella et Micha nos amis nous ont dit de regarder la lune – Eux à Hambourg, nous à Boussy près de Paris – au téléphone et avec la lune, la distance est mise de côté. Mars s’éloigne non pas de la Lune qui suit son inexorable trajectoire autour de notre Terre, qui elle prend ses distances avec sa sœur orangée, sa périodicité étant plus de deux fois moindre par rapport a la prochaine opposition. Les oppositions ne se font jamais au même endroit dans l’espace.

Un peu de gymnastique du cerveau.
Le 23 octobre au soir Mars se trouvait à environ 65° de la Lune. La Lune retarde et Mars s’éloigne, car nous allons plus vite qu’elle, environ deux fois plus vite.
La Terre 150 000 000 x 2π / 365 = 2 580 800 km par jour
soit 2 580 800/24h = 107 500 km/heure

Mars 228 000 000 x 2π / 687 = 2 084 190 km par jour temps-terrestres
soit 2 084 190/24h temps-terrestre = 86 840 km/heure

La Terre plus proche du Soleil parcourt dans sa rotation autour de notre étoile : 942 000 000 km terrestres en une année.
Mars plus éloignée du Soleil parcourt dans sa rotation autour de l’étoile du système solaire : 1 431 840 000 km terrestres en 687 jours temps-terrestre ou 2 084 190 x 365 = 760 730 000 km terrestres par année de temps terrestre.
Ces sont des calculs approximatifs ayant pour base la distance moyenne des planètes au Soleil. Les astronomes prennent en compte les calculs sophistiqués des ellipses des orbites des planètes. Le but ici est de suivre soi-même la logique par des mathématiques simplifiées qui apportent immédiatement une vue d’ensemble de ce qui se passe dans le ciel en ce qui concerne les planètes vedettes de notre système solaire, qu’on découvre soi-même. On peut bien entendu faire cet exercice pour toutes les autres planètes, mais attendons qu’elles soient les vedettes du moment comme l’ont été récemment Saturne et Jupiter. Les prochaines seront sans aucun doute Vénus toujours étonnante et Mercure avec Bepi-Colombo !

28 octobre 2018 – Quant au système solaire, celui-ci s’éloigne chaque jour de l’environnement de l’étoile la plus brillante de notre ciel « Sirius » depuis des millions d’années à raison de 72 000 km par heure… étonnant n’est-ce pas ?

01 Novembre 2018
La planète Mars fait encore la belle, bien que la Terre l’ait dépassée largement, elle sera encore bien visible quelques semaines – pas de doute possible 2018 aura été l’année phare pour Mars qui brille encore comme un feu arrière de voiture. Mon roman sf est tout à fait d’époque chez:
« Lys éditions Amatteis », éditeur très spécialisé dans l’histoire de la Seine et Marne mais aussi dans de nombreux domaines.




Mars, Lune et civilisation extraterrestre

18102018

le matin vers six heures c’est Orion qu’il faut regarder avec toutes les étoiles qui composent la plus belle constellation: Bételgeuse, Bellatrix, Aldebaran du Taureau, Capella, Castor et Pollux, Procyon du Petit Chien, le Baudrier d’Orion, l’épée, Rigel à droite l’épaule, Sirius à gauche… Même dans la région parisienne la vue est parfaite. De la beauté dans le ciel sans nuage, à l’infini.

Va mon amie, va, la Lune se lève,
va mon amie va, la Lune s’en va…

Mars à 15° de la Lune le 19 octobre au soir – matin toujours aussi beau, tant que le ciel ne se couvre de nuages.

Jusqu’à ce début de siècle déjà bien avancé, certaines personnes pensent que la Lune a été visitée bien avant l’épopée « Apollo » et que des infrastructures y sont implantées, alors que Mars une civilisation d’humanoïdes s’organise comme des fourmis car leur cerveau serait déconnecté annihilant sentiment, compassion et sexualité. Toute « l’organisation contrôlée et dirigée » par un groupe dont on doit se méfier sur terre. Reste à savoir qui est-il, qui sont-ils, parmi les humains invisibles et insoupçonnables… selon des livres étranges. Et les humains eux-mêmes ne sont-ils pas étranges.




Soyuz MS-09 est amaré à l’ISS

15102018

Le retour des trois astronautes à bord de l’ISS sera assuré par la capsule de la mission Soyuz MS-09 qui est amarée à la station internationale, c’est la suite des événements qui devient problématique pour les approvisionnements et la rotation des visiteurs et astronautes/cosmonautes de l’ISS. Peut-être que Space-X sera prêt d’ici là.




Ascenseur spatial japonais – Japanese Space Lift

13102018

Japanese Space lift foreseen by Masharo Nohmi

It is fantastic to pik-up again the idea of a space lift towards space. The Japanese professor has studied in details Constantin Tsiolkovsky idea, but it seems many other experts did it before him, Arthur C. Clarke is an author among many other tehnicians too, all have abandoned any project because in such a tremendous adventure, they always have to face an obstacle, even if the « nanotubes » would seem sufficient, there will always be another obstacle to overcome, as « gravity » – progressive but still existent up to the famous well determined limit of 36 000 km altitude, or better to say distance from Earth surface. Constantin Tsiolkovski had a dream before he died. It is described in Wladimir Vostrikov’s book:

« NSEA allers et retours spatiaux »
isbn: 978-2-86849302-6
Lys Editions Amatteis
77190 DAMMARIE-LES-LYS
which I invite Mr Masharo Nohmi, Shizuoda University professor and his Team to consult, where they would find an additional solution.




Il y a trois passagers à bord d’ISS…

13102018

Si les partenaires d’ISS ne se mobiliseront pour reprendre les vols de service, les Russes arriveront bien à trouver ce qui a provoqué la panne dans le déclenchement erroné d’un booster comme le système de commande des attaches de la désolidarisation ou d’un moteur de la fusée et reprendront le service au plus tôt. Les Russes ne sont pas seuls, ils sont en coopération avec l’ESA et la NASA, les Japonais et les Chinois… Une solution sera trouvée, car là-haut il reste trois passagers, même si les ressources alimentaires et techniques sont suffisantes, il semble qu’il n’y ait plus de capsule de retour attachée à l’ISS.




Soyuz la capsule, Fusée Soyuz MS-10 cosmonautes sauvés le 11 octobre 2018

12102018

Hier la capsule SOYUZ portée par la fusée Soyuz MS-10 système le plus fiable ces dernières années pour approvisionner la station ISS s’est déclenchée de la fusée en détresse et les cosmonaute/astronautes sont revenus immédiatement sur terre dans une région proche de la base de lancement à Baïkonour, sains et saufs, Dieu soit loué comme se sont exprimés les responsables russes. Le système de sauvetage a fonctionné quant à lui avec toute l’efficacité prévue en cas de catastrophe, c’est réconfortant de savoir que la vie des passagers de Soyuz a été épargnée, ils ont certainement eu la peur de leur vie.

Le responsable de Roscosmos a réagi après peur et colère. Une enquête est en cours pour déterminer les raisons exactes de l’accident. Un booster aurait mal fonctionné, mais ce sont les explications de la raison exacte qu’attendent tous les responsables de l’organisation spatiale russe, car ceux qui seraient responsables du moindre détail désastreux pour la notoriété de Roscosmos et de la mise en danger de la vie des cosmonautes seront renvoyés sur le champ avec toutes les conséquences que cela implique, c’est à dire s’il s’agit de sous-traitants, ils n’auront plus jamais affaire avec la grande organisation spatiale russe. Pour quelque temps les activités d’approvisionnement d’ISS sont complètement suspendues en ce qui concerne la Russie. Il semble qu’il faille que les autres parties prenantes dans l’exploitation de la station orbitale prennent le relais de toute urgence !

Voir suite…




énormes océans dans le cosmos

28092018

Il semble que cela ait du sens, mais attendons les explications du processus. Ce qui est généralement admis et expliqué, c’est que 380 000 ans après le Big Bang une masse d’hydrogène ionisé était en stagnation, après cette fameuse période de stagnation ionique, cette mélasse éclata soudainement à la vitesse de la lumière dans tous les sens. Les «neutrons» surabondants ont créé de nouveaux protons créant de nouveaux atomes enrichis comme l’hélium, le lithium, le béryllium, le carbone, l’azote et l’oxygène… les atomes les plus simples et les autres atomes d’étoiles explosées s’attirèrent et se rassemblèrent par accrétion vers la matière suivante, grossièrement (accrétion).

L’atome de base le plus simple et le plus répandu est « l’hydrogène », celui-ci s’est mélangé à un autre atome de gaz, l’oxygène en quantités énormes, créant ainsi l’océan que viennent de débusquer récemment les astrophysiciens dans le cosmos où de nombreux atomes enrichis ont créé surtout de la matière solides, telles que le silicium etc. Wladimir




enormous hidden oceans in cosmos

27092018

It seems it makes sense but, let’s wait for the explanation process. What is commonly explained is that 380,000 years after the big bang, a ionic mass was stagnating of hydrogen which suddenly after this famous period of ionic soup of stagnation bursted at light speed in all directions, and electrons found their place around each hydrogen atom. Overabundant « neutrons » created new protons creating new enriched atoms as helium, lithium, beryllium, carbon, azote and oxygen and so on… the simpliest atoms created stars, but the rest of atoms together with exploded stars, attracted each other and gathered towards next matter, roughly (acretion).

The simpliest basic atom and the most numerous is « hydrogen » gathered and mixed with another gas atom, oxygen in enormous quantities in cosmos – some numerous atoms created solid matter as silicium etc, but other mixed naturally together creating : H2O in enormous quantities, certainly creating « the hidden Ocean » found recently in the universe.
Wladimir




FLASH D’IRIDIUM le 26 septembre 2018

27092018

Hier soir je regardais le ciel entre 22 heures et 22 heures 02 – Mars splendide telle un phare rouge plein sud, un avion passe d’est au sud, puis une lumière éblouissante dans le ciel, bien plus éblouissante que Vénus ou la Lune, c’était un « FLASH », mais un flash d’Iridium, de l’un de ces satellites dont parle « Ciel et Espace » dans son dernier numéro. Ce flash d’une grande intensité a duré deux secondes, peut-être trois. Peut-être d’autres personnes l’on vu: C’était entre quarante et cinquante degrés vers Polaris à partir de la planète Mars, pas tout à fait au zénith. J’en avais déjà vu un dans le sud de la France près de la Méditerranée, d’abord on pourrait croire qu’il s’agit des phares d’un avion, surtout lorsque l’aéroport n’est pas bien loin comme celui d’Orly pour moi à 48.6833 de latitude et 2.5333 de longitude, puis l’on s’aperçoit qu’un avion qui aurait allumé ses phares continuerait sur sa trajectoire avec ses feux de position, mais là pas du tout, alors peut-être un bolide qui au bout de quelques fractions de secondes explose ou s’évanouit dans le noir de la nuit, ce n’est pas cela non plus mais ça ressemble à un bolide, or en ce moment il n’y a pas d’astéroïdes – tout coïncide avec les descriptions de « Ciel et Espace », c’est un flash d’Iridium avec ses panneaux solaires ultra réfléchissants envoyés dans l’espace par la société Space X. Ces manifestations dans le ciel nocturne se produisent seulement depuis début 2017, les satellites vont être remplacés et il y aura de moins en moins de flash étonnants. A 22heures locale, c’est à dire à 20 heure TU, les panneaux du satellite recevaient facilement les rayons du Soleil et les avaient réfléchis jusqu’à moi et ceux qui observaient le ciel au même moment. C’est grâce au magazine « Ciel et Espace » que j’ai compris qu’il s’agissait des satellites d’Iridium de Space X, sinon je pensais aux bolides vagabonds…




« Mars » toujours splendide, comme un phare plein Sud

25092018

De chez moi le 24 septembre.
Mars toujours splendide le soir en regardant plein sud. Hier soir elle se trouvait entre 25° et 30° à l’ouest de la Lune. La Lune retarde chaque jour de quelques douze degrés, une heure, mais parcourt inexorablement le ciel pour se coucher de plus en plus tard pour se lever bientôt très tôt le matin et continuer son intervalle vieux de près de quatre milliards d’années. Le 21 septembre Mars se trouvait entre 8° et 10° de la Lune. En regardant ce spectacle chaque soir lorsque le ciel est dégagé l’on constate ce que nous apprend la discipline astronomique. Lorsque l’on regarde le ciel la nuit, sans les éphémérides aucune étoile ne pourrait porter un nom – avant c’était le bouche à oreille mais pour les nébuleuses et les étoiles des galaxies éloignées c’est un numéro spécifique des divers catalogues dont Messier qui les situe dans l’univers. Le matin lorsqu’il fait beau, il est intéressant de constater le décalage du Soleil chaque jour de plus en plus vers l’Est, c’est flagrant surtout après l’équinoxe de mon anniversaire.

Le 25 septembre,
Hier soir c’était « plein sud » un phare orange qui s’éloigne mais reste encore très brillant, d’une magnitude importante. Mars s’éloigne à raison d’environ 1,050,000 kilomètres chaque jour – donc déjà 58,800,000 km nous séparent de la distance la plus courte entre Mars et la Terre, il faut encore en profiter comme en 2016 jusqu’à son éloignement qui ne la rendra plus vedette de l’année.

A5 Lire a e-tiolles 2018




Mars la nuit dernière à 5° de la Lune

20092018

A travers les nuages en région parisienne, Mars était à 5° de la Lune gibbeuse décroissante, encore un magnifique spectacle. Mars toujours comme un feu orange près de la Lune (en apparence bien sûr).

Qu’en sera-t-il la nuit qui vient, les astronomes le savent, mais moi je regarderai s’il y a changement, évolution par rapport à la nuit dernière…

o Mars O Lune




Mars puis Saturne près de la Lune

16092018

Hier soir le 17 septembre, encore un spectacle dans le ciel du sud,
La Lune gibbeuse avait pour compagne éphémère, comme cela arrive de temps en temps Saturne, un peu plus au sud et en-dessous à moins d’un bout de doigt tendu… et ce matin du 18 encore « Orion » et toute la suite la plus prestigieuse du ciel matinal.

IMG_20180917_204153[1]

ça c’était le 15 septembre:
Lune gibbeuse croissante complètement à l’ouest et Mars au sud-est encore splendide. Je regarderai ce soir Mars doit rattraper peu à peu la Lune vers le 19 septembre elle seront distantes de l’épaisseur de votre pouce – soit 5° degrés environ, mais en attendant demain soir le 17 septembre ça sera encore intéressant Saturne sera à 1°5 en-dessous de la Lune et la ballet continue jusqu’en novembre avec de nouveau Saturne puis Jupiter avec les étoiles qu’on peut facilement repérer comme dans le Sagittaire et comme Antarès dans le Scorpion. S’il y aura des nuages je regarderai les parhélies.

Jpeg







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus