• Accueil
  • > aviation
  • > Miraculés du Cessna au large de la Corse, du lundi 12 octobre!

Miraculés du Cessna au large de la Corse, du lundi 12 octobre!

13 10 2009

Il ne s’agit pas d’un « miracle » comme le dit joliment le pilote dans l’état dans lequel il se trouve à l’hôpital, NON, le miracle c’est bien LUI, car LUI seul  a manié les manettes qu’il fallait, malgré les turbulences et la vitesse du Cessna avec son moteur à l’arrêt. Il a su le faire planer dans des conditions de tempête et planer encore. C’est bien ce pilote qui est extraordinaire. Il a sauvé ses compagnons par son extraordinaire sang-froid et son extraordinaire savoir faire: Il a su amerrir ce dont tous les pilotes semblent avoir vraiment peur.  Avant de toucher l’eau, il déverrouille les portes, sa compagne en quelques fractions de secondes fait habiller tous ses compagnons du gilet de sauvetage, l’avion plane encore et survole la mer agitée – touché l’eau tumultueuse entre deux vagues énormes, c’est le choc comme contre un réel obstacle, malgré la dextérité du formidable pilote, le train d’atterrissage freine immédiatement le Cessna qui flotte deux secondes puis se renverse et coule devant les six compagnons – juste une seconde après qu’ils aient eu tous le temps de jaillir par les portes, le pilote sort avec le gilet à la main et l’enfile dans l’eau froide. Ils restent plus de quatre heures dans la mer en tempête et l’eau à vingt degrés. La première chose à faire, c’est de rester tous groupés, ne pas s’écarter les uns des autres pour faciliter le repérage par les secours et se soutenir moralement et physiquement, s’aider. D’abord heureux d’être en vie, puis hébétés et transis de froid ils s’apprêtent à mourir.

Une fois dans l’eau agitée avec des creux atteignant quatre mètres, les secours comprenant la Gendarmerie, l’Armée de l’Air, la Sécurité Civile et un bateau de la Marine, tous dans une formidable coordination ont permis le sauvetage dans des conditions effroyables. Il faut se rendre compte que des harnais au bout des câbles des treuils d’hélicoptères, avaient été largués au-dessus des naufragés, entre des vagues énormes ils oscillaient dans tous les sens sans qu’ils puissent s’en saisir, dans des mouvements complètement désordonnés, en pleine nuit. Les compagnons étaient abasourdis.

UN énorme BRAVO et une énorme ADMIRATION POUR LE

« PILOTE-PLANEUR » et « LES SECOURS ». Lui, c’est « Manitas de plata » de l’aéronautique. Qu’il se rétablisse le plus vite possible, lui, sa compagne qui a su si bien conseiller tout le monde et les compagnons. Qu’ils sortent vite de l’hôpital où les ont fait rentrer pour leur bien, les secours dont certains membres ont du prendre de très sérieux risques lundi dernier.

le 14 octobre 2009 Wladimir Vostrikov


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus