Cabaret Astronomie et comète 46O/Wirtanen

8122018

CABARET ASTRONOMIE
Cabaret astronomie s’arrête par la force des choses lors des nuits bouchées, mais reprend dès que le ciel se dégage des nuages en espérant voir d’ici le 15 décembre la comète 46P/Wirtanen (avec l’Association astronomique de Montgeron). La comète 46P/Wirtanen est visible avec des jumelles entre le 1er décembre et le 17 dans « La Baleine » – à gauche du « Bélier » et dans les magnifiques « Pléiades ».




Cabaret Astronomie Mars et la Lune en novembre 2018

13112018

Mars se trouve ce soir à 19 heures local (18h tu), à 25° Est de la Lune ce 13 novembre.

o Mars…………………….O Lune

Je connais ces choses grâce à « Ciel et Espace » qui savent que Mars sera distante de 5° à l’Est, le 15 novembre de Sélène, toujours au-dessus de l’horizon Sud.

o Mars…..O Lune

C’est agréable de s’y retrouver…

Hier soir le 17 novembre à 19 heures local (18 tu), Mars est à 15° Ouest
O Lune……………o Mars
Hier le 18 novembre à 18 heures local Mars était à 30° de la Lune à l’Ouest
Le 19 novembre à 18 heures 30 local Mars est à 35° Ouest de la Lune

O Lune……………………………..o Mars

La Lune prend du retard chaque soir à vue d’œil

Faudra préciser tout cela dans un tableau, mais la Lune prend un retard dans le ciel d’environ 15° chaque jour ou la nuit bien entendu par rapport à la même heure le soir précédent, mais Mars que fait-elle – faut regarder dans les éphémérides car il y a des bizarreries j’ai lu que parfois elle rétrograde puis reprend sa trajectoire, évidemment c’est une illusion d’optique car Mars suit sa route sur l’écliptique et la Terre la laisse derrière proportionnellement à la trajectoire de chacune des deux planètes, à nos yeux ça fait comme un zigzag et puis nous tournons…




à la Cité des Sciences, l’astronomie

3112018

Avec Alexandre mon petit-fils, nous avons vu et écouté Aurélien Barrau à la Cité des Sciences de Paris. « Trous noirs et gravitation quantique » édifiant, intéressant et spectaculaire « good one man show » Salle Gaston Berger où science et poésie s’ajustent parfaitement – où a-t-il trouvé ces textes ? Les mini trois noirs quantiques du LHC ne représentent aucun danger pour la Terre car en laboratoire ils éclatent comme des petites bulles de savon, je pense qu’il a fait cette comparaison par rapport aux « mini big bang » étudiés et approchés au LHC qui selon les astrophysiciens ne représentent aucun danger pour notre planète, alors que certains commentaires affirmaient il y a de cela quelques années que le « Big Bang originel » est bien parti d’un mini début qui devint exponentiel. Puis Brigitte Zanda, toujours passionnante avec son programme « Fripon Vigie-Ciel » avec Asma Steinhausser qui a détaillé leur logistique. Juste avant « Photométrie des astéroïdes » avec Stéphane Fauvaud salle « 2″ énumération d’études très sophistiquées pour mesurer les objets du ciel dont les astéroïdes, puis Hérvé Cottin salle Louis Armand qui a remis les pendules à l’heure concernant les affirmations hâtives par les plus grands journaux du monde sur « la vie trouvée ailleurs que sur la Terre », une position comme celle d’Enrico Fermi: Des extraterrestres ? Vous en voyez ? Moi j’en vois pas, où sont-ils ? Peut-être qu’un jour l’un d’eux nous frôlera, nous touchera ou pire voudra nous faire du mal… peut-être sont-ils déjà là depuis fort longtemps, mais « peut-être n’est pas scientifique ». Pour l’instant les plus infimes particules les plus basiques n’ont pas été trouvées, sauf de la glycine et du carbone, très peu d’échantillons de l’espace cosmique ont été récoltés comme des poussières infimes d’un capteur revenu sur la Terre et quelques kilogrammes de roches lunaires stériles. De nombreuses conférences passionnantes auxquelles il était impossible d’assister simultanément à d’autres. Des rencontres.
Et puis nombreux stands de télescopes fantastiques, de trépieds et de montures équatoriales motorisées, des lunettes, des Dobson motorisés numériques, des jumelles et des accessoires, on ne sait où donner de la tête!




FLASH D’IRIDIUM le 26 septembre 2018

27092018

Hier soir je regardais le ciel entre 22 heures et 22 heures 02 – Mars splendide telle un phare rouge plein sud, un avion passe d’est au sud, puis une lumière éblouissante dans le ciel, bien plus éblouissante que Vénus ou la Lune, c’était un « FLASH », mais un flash d’Iridium, de l’un de ces satellites dont parle « Ciel et Espace » dans son dernier numéro. Ce flash d’une grande intensité a duré deux secondes, peut-être trois. Peut-être d’autres personnes l’on vu: C’était entre quarante et cinquante degrés vers Polaris à partir de la planète Mars, pas tout à fait au zénith. J’en avais déjà vu un dans le sud de la France près de la Méditerranée, d’abord on pourrait croire qu’il s’agit des phares d’un avion, surtout lorsque l’aéroport n’est pas bien loin comme celui d’Orly pour moi à 48.6833 de latitude et 2.5333 de longitude, puis l’on s’aperçoit qu’un avion qui aurait allumé ses phares continuerait sur sa trajectoire avec ses feux de position, mais là pas du tout, alors peut-être un bolide qui au bout de quelques fractions de secondes explose ou s’évanouit dans le noir de la nuit, ce n’est pas cela non plus mais ça ressemble à un bolide, or en ce moment il n’y a pas d’astéroïdes – tout coïncide avec les descriptions de « Ciel et Espace », c’est un flash d’Iridium avec ses panneaux solaires ultra réfléchissants envoyés dans l’espace par la société Space X. Ces manifestations dans le ciel nocturne se produisent seulement depuis début 2017, les satellites vont être remplacés et il y aura de moins en moins de flash étonnants. A 22heures locale, c’est à dire à 20 heure TU, les panneaux du satellite recevaient facilement les rayons du Soleil et les avaient réfléchis jusqu’à moi et ceux qui observaient le ciel au même moment. C’est grâce au magazine « Ciel et Espace » que j’ai compris qu’il s’agissait des satellites d’Iridium de Space X, sinon je pensais aux bolides vagabonds…




Une période exceptionnelle le ciel d’août 2018 dans le Roussillon

10082018

Image 5 rognée Telescope balalaïkaBonjour à tous depuis la Médiathèque d’ARGELES-SUR-MER

Nuit des étoiles le 3 août 2018 à Elne, « Colline Saint Martin »
Latitude : 42°598 Longitude  2.97°:
(Paris : 48°50 – 2°20)
Il est peut-être nécessaire de se replonger dans l’ambiance astronomique moderne.

Un petit rappel de l’histoire de l’univers
Aristote 350 ans avant JC proclamait que la Terre était plate et qu’elle était le centre de l’univers.
Edwin Huble, astronome américain avait remarqué en 1929 en regardant dans un télescope moderne que dans l’univers non seulement les étoiles, mais les galaxies s’éloignaient à grande vitesse, (en fait à l’inverse du carré de la distance qui les séparaient) donc l’univers était en expansion.
Georges Lemaître, chanoine catholique et physicien émit l’idée que l’univers avait pour origine un point extrêmement dense et chaud, si l’on remontait le temps jusqu’à son point d’origine.
George Gamow, physicien russe devenu américain affirmait que s’il y avait expansion, on devait retrouver des traces sous forme de résidus de rayonnement fossile de sa transformation. Les Américains Penzia et Wilson reçurent le prix Nobel après avoir découvert un « bruit » sous forme d’ondes en provenance du cosmos tout entier, lorsqu’ils avaient construit une gigantesque antelle pour la compagnie américaine BELL.

Jusqu’au vingtième siècle, on se contentait de penser à un univers stagnant, qui ne changeait pas en tout apparence.

D’après les scientifiques modernes :

A partir d’un point dense et extrêmement chaud s’était produit un « big bang » comme l’avait surnommé l’astrophysicien anglais Fred Hoyle en 1947.,
Pendant 380 000 années c’est l’inflation – au début un quark peut-être, puis un neutron, une énorme quantité de neutrons dont une grande quantité peu à peu se transforme en proton – inflation d’une soupe primordiale, d’une mélasse ionique, puis expansion tous azimuts. Des nébuleuses de poussières et de gaz se forment à partir des neutrons et des protons qui deviennent hydrogène, hélium; des étoiles se forment et certaines explosent en supernovae durant le premier milliard d’années. Dans les nébuleuses se produit « l’accrétion » de gaz et de poussières. Des étoiles naissent, autour des étoiles des morceaux se disloquent, d’autres gaz et poussières s’agglomèrent et forment des planètes. Des planètes gravitent autour de millions de milliards d’étoiles dans les galaxies.
Des galaxies se regroupent en amas galactiques, les amas se regroupent en superamas galactiques – un nombre infini, des galaxies par milliards.
Notre Galaxie est « La Voie Lactée » notre proche voisine est visible, c’est la galaxie d’Andromède, elle se trouve à 2 300 000 d’années-lumière, une galaxie spirale, comme la nôtre.

Un rapide rappel :
Une année-lumière équivaut à 10 000 milliards de kilomètres, soit 10 puissance13km
Une unité astronomique. 150 000 000 km (distance : Soleil-Terre)
Notre système solaire :
Le Soleil est notre étoile – 9 planètes gravitent autour presque sur un même plan à quelques degrés près. Distance des planètes au Soleil :
MERCURE 58 000 000 km
VENUS 108 000 000 km
TERRE 150 000 000 km
MARS 228 000 000 km
Ceinture d’astéroïdes dont Cérès 1 000 km de diamètre
JUPITER avec 16 lunes 778 000 000 km 
SATURNE 1 427 000 000 km
URANUS 2 870 000 000 km penchée sur l’écliptique
NEPTUNE 4 497 000 000 km
PLUTON 5 900 000 000 km attirée par une grosse planète dans le Nuage d’Oort.
D’autres planètes dans le Nuage d’Oort dont une grosse planète qu’on suppose derrière le soleil qui met 20 000 ans à en faire sa révolution à 50 UA (unités astronomiques)

Le 27 juillet, extraordinaire ECLIPSE DE LUNE, visible dans toute la France.

ANNÉE SPÉCIALE D’UNE OPPOSITION « très favorable » DE LA PLANÈTE MARS

« MARS » est la quatrième planète du système solaire, en comptant à partir du Soleil. C’est une planète « intérieure » car elle se trouve à l’intérieur de la zone allant du Soleil jusqu’à la « ceinture d’astéroïdes ». Après la ceinture d’astéroïde les planètes faisant partie du système solaire sont dites « extérieures » comme Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton avec leurs lunes – certaines autres peuvent en faire partie, comme une planète importante, plus grande que la Terre mais qui n’a pas encore été localisée, elle se trouverait en ce moment derrière le Soleil, donc impossible à voir, elle ferait sa révolution autour du Soleil en 20 000 années.

Les planètes intérieures sont donc Mercure, Vénus à la plus importante magnitude de -4, la Terre et Mars.
Les orbites de la Terre et de Mars ne sont pas des ellipses parallèles, sans se croiser elles diffèrent de 1°85 ce qui fait que l’alignement dans l’opposition n’est pas la distance qui rapproche les deux planètes Terre et Mars. Opposition parfaite le 27 juillet 2018 (sur un même plan perpendiculaire au plan de l’écliptique) – mais la distance la plus proche entre les deux planètes est le 31 juillet 2018 selon les calculs astronomiques.
Les nuits des étoiles verront Mars s’éloigner de plus d’un million de kilomètres par jour. Le 3 août, la planète Mars s’est éloignée de 8 millions de kilomètres.

La plus courte distance entre Mars et la Terre, le 31 juillet 2018 est de 57 600 000 km
Mars se lève au Sud – Sud-Est vers 22 heures et grimpe dans la nuit à 20° jusqu’à 30°  seulement au-dessus de l’horizon et se couche au Sud-Ouest, peut être masquée par la montagne.
Mars a un diamètre de 6 397 km alors que celui de la Terre est de 12 756 km.

Actualités :
Une tempête s’est levée le 18 juin dernier et continue actuellement, une poussière rouge d’oxyde de fer masque toute la géographie de la planète rouge. On peut tout de même voir le pôle sud, la calotte glacière qui fond pendant deux mois à cette époque particulière de sa révolution autour du Soleil. Mars est donc la dernière planète intérieure avant la ceinture d’astéroïdes.
Mars est dans en ce moment et pendant encore quelques mois dans la Constellation du Capricorne. L’opposition de Mars en 2016 était localisée dans la constellation du Scorpion.

Opposition jamais au même point sur l’écliptique lors de l’opposition Mars-Terre-Soleil.
La révolution autour du Soleil de Mars se réalise en 682 jours terrestres, mais les oppositions ou les conjonctions se réalisent tous les 780 jours terrestres.
La révolution de la Terre autour du Soleil se fait en 365 jours terrestres. L’explication de la différence entre 682 jours et 780 jours est due au fait que la Terre double Mars la première année et les mois restant (14) la Terre recommence une révolution et rattrape le point d’opposition entre les deux planètes.
Localisation :
Vers minuit Sud-Ouest, à 25° au-dessus de l’horizon dans la constellation du Capricorne.
Vénus est tout de même la plus lumineuse de magnitude -4
Quant à Jupiter, sa luminosité diminue jusqu’à -2,3 lors de la période d’opposition de Mars-Terre-Soleil.
La luminosité de Mars en cette période très favorable et même exceptionnelle est de magnitude de – 2,4 La prochaine opposition favorable aura lieu en 2035.
Mars brille plus que Sirius l’étoile la plus brillante du ciel.
Les oppositions de Mars s’échelonnent entre 56 millions à 101 millions de kilomètres selon les années.
Le 3 août, Mars est à plus de 80 000 000 km de la Terre.

Observation du ciel comme de coutume.
Au Sud- Ouest, on peut voir sur l’écliptique et l’horizon, disparaître Antarès du Scorpion
Deneb du Cygne (aplatie aux pôles) du fait de sa rotation – Altaïr de l’Aigle et Véga de la Lyre, pratiquement au zénit.

Arcturus géante rouge du Bouvier, à 35 années-lumière de nous, au diamètre de 20 fois celui de notre Soleil.
La Couronne boréale est à gauche de la constellation du Bouvier.

Les principales constellations autour de l’étoile polaire « Polaris ».
Les douze, treize constellations et tant d’autres astres que nous avions pu contempler sous une voûte céleste limpide avec la Voie lactée sur la Colline Saint Martin.
88 constellations en tout sont répertoriées par les astronomes contemporains, alors que les anciens en avaient répertorié 48.

TOUS LES SOIRS, L’on peut contempler les planètes vedettes de cet été d’Ouest en Est: Vénus – Jupiter – Saturne – et comme un phare rouge Mars à peine à une quinzaine de degrés au-dessus de l’horizon – elle s’élève dans la nuit. Ces planètes avec la Lune croissante nous désignent d’une manière éblouissante l’ECLIPTIQUE arrondie sur laquelle nous nous trouvons sur Terre. N’oublions pas que sur Terre nous tournons comme sur un manège !

Bon été à tous sous canicule et orages impressionnants.
Wladimir Vostrikov




le 27 juillet plein Sud !

24072018

Eclipse totale du siècle de la Lune, le 27 juillet 2018

Début de l’événement à 19 heure 30 puis la Lune entre dans l’ombre de la Terre à 20 h 30. Eclipse totale de 21 h 30 à 23 h 15.
Fin de l’éclipse à 0 h 28 le 28 juillet.

Cette même soirée, les planètes TERRE et MARS sont à une soixantaines de millions de kilomètres l’une de l’autre, lors de leur opposition – Mars se trouve dans la constellation de Capricorne, observable dès maintenant.

Mars sera au plus près de la Terre, à 56 700 000 kilomètres le 31 juillet – Terre et Mars ont des orbites plus ou moins éliptiques avec 1,5° de différence

A 0 heure Mars est à une vingtaine de degrés Sud, Sud-Ouest. La planète qu’on voit à droite de la Lune est Saturne. Les autres objets brillants des étoiles, c’est la bonne période pour Arcturus du Bouvier, plein sud Antarès du Scorpion, Deneb du Cygne, Altaïr de l’Aigle, Véga de la Lyre – à droite d’Arcturus la Couronne boréale et tant d’autres étoiles. Casiopée, la Pléiade… Andromède… à bientôt !




l’âme et le corps – L’âme est scientifique

24042018

Le corps retourne un jour à la terre, l’âme demeure dans l’univers.

https://www.youtube.com/watch?v=RtU_mdL2vBM<a href="https://www.youtube.com/watch?

Dernier ouvrage de Wladimir
Chez, le distributeur ou en librairies ou l’éditeur :

L’âme est scientifique

Un peu d’astronomie
Il s’agit d’une analyse qui n’a rien de poétique, mais plutôt scientifique où l’auteur rejoint des données précises de certains astrophysiciens comme Stephen Hawking et son ami Roger Penrose.

blue lien lulu

Commander chez les Editions
« Lys Editions Amatteis »: http: 77livres.fr

Vous pourriez être surpris !

Qui cherche trouve .
1304-ame-scientifique-couv-rv_1 (1)

Conception couverture Lys Editions Amatteis

Regardez déjà la station spatiale ISS en DIRECT:

https://www.youtube.com/watch?v=RtU_mdL2vBM

blue lien lulu

ACHETER chez l’IMPRIMEUR-DISTRIBUTEUR directement
FRAIS D’ENVOI réduits selon quantités pour les librairies.




Relations étonnantes entre les planètes du système solaire

17022018

Cela peut paraître aberrant voire osé que d’affirmer qu’il existe une relation déterminée, comme réglée au plus juste entre toutes les planètes du système solaire et pourtant il y a déjà bien longtemps que des astronomes ont découvert cet équilibre mathématique de toutes les forces gravitationnelles. Ces forces s’équilibrent entre attraction, répulsion et gravité. Après le Big Bang, l’inflation et le refroidissement de ce qu’était le début de l’univers, dès le premier milliard d’années des nuages d’atomes déjà réalisés se complexifiant en molécules de plus en plus riches circulaient dans le cosmos encore très chaud. Ces nuages mélangés aux gaz subsistent encore disparates vagabondant sans arriver à s’agglomérer à des objets sur leur passage, mais d’autres infiniment plus nombreux et denses ont créé les étoiles utilisant hydrogène et hélium et s’étaient constitués en géantes bleues, d’autres infiniment plus petites ont fini par refroidir encore pour se transformer en naines rouges, d’autres éclatant en supernovae – le tout s’agglomérant dans des systèmes stellaires et dans des amas galactiques jusqu’aux superamas galactiques dont nombreux parmi eux finissant en leur centre dans les trous noirs qui les attendent depuis des milliards d’années. Toutes ces interactions ont une incidence directe sur chacune des planètes du système solaire, peut-être même les objets éloignés en dehors de notre galaxie – une incidence mais infime, mais tout de même incidence, comme les poussières de la « ceinture d’astéroïdes » entre Mars et Jupiter. Les satellites joviens comme les satellites martiens ont une influence sur la planète dont ils dépendent comme la Lune par rapport à la Terre, mais ces influences sont locales, inhérentes à la planète ils sont en équilibre (bien que la Lune s’éloigne de la Terre de trois centimètres par an). Entre Mars et Jupiter les astronomes pensaient à une planète mystérieuse manquante au dix neuvième siècle, en fait il s’agissait de petites influences de Cérès de 1000 km de diamètre découverte par le Hongrois Von Sach sur base des calculs de l’Allemand Karl Gauss et de l’influence d’autres petits planétésimaux et de celle éloignée d’Uranus – des astéroïdes circulent aussi dans ces parages. En fait selon l’échelle de la loi de Titius-Bode, Cérès se trouve à une valeur de 27,7.
Le mathématicien allemand Johann Titius connaissait la série 0,3,6,12,24,48 et 96 qui sépare réciproquement les six planètes, mais cette série ne le satisfaisait pas, quelque chose manquait dans cette logique – il était certain qu’entre le Soleil et Mercure l’on pouvait glisser un « 3″ comme valeur, puis doubler cette valeur à « 6″ jusqu’à Vénus, puis doubler cette dernière à « 12″ pour valeur de la Terre, puis doubler la « 12″ à « 24″ pour obtenir celle de Mars, puis doubler celle de Mars à « 48″ pour celle de Jupiter et « 96″ pour celle d’Uranus, Neptune n’était pas encore découverte par le Verrier. Titius ajoute un « quatre » à chaque élément : le « 3″ devient « 7″ et la suite s’écrit: 4,7,10,16,28,52, et 100. Chaque valeur correspond à une planète sauf celle du « 28″ donc logiquement une force, une planète manquante. La planète manquante n’est autre que celle décrite ci-dessus, Cérès avec d’autres planétésimaux se trouvant bien entre Mars et Jupiter, dans la ceinture d’astéroïdes.

Un équilibre dans le vide du cosmos infini, un équilibre parfait sorti du chaos dense et incandescent – un équilibre dans le froid intense de ses -273°C/K – un équilibre dont des galaxies volent plus vite que la vitesse de la lumière.
Wladimir




Ciel nocturne tôt le matin au sud-est à sept heures

13022018

Tôt le matin, avant sept heures, pas trop avant et jusqu’au lever du Soleil on peut encore voir au sud-est : au-dessus de l’horizon le dernier croissant de Lune à deux doigts tendus à droite en montant la planète Saturne faiblement jaune, puis toujours en montant à droite vers le sud poing tendu la planète Mars orangée – juste en-dessous se trouve Antarès du Scorpion la plus lumineuse étoile orangée aussi mais super géante rouge, en montant encore à droite poing tendu Jupiter. Cette ligne entre le dernier croissant de Lune et Jupiter est « l’écliptique » – ligne imaginaire sur laquelle circule notre Soleil et toutes les planètes du système solaire. C’est aussi sur l’écliptique que défilent les douze constellation du zodiac. Le croissant de Lune s’estompe et les planètes demeurent en changeant de position.

On peut voir aussi Sirius complètement à l’ouest à l’opposé de la mer, l’étoile la plus brillante. Ce n’est pas Vénus qui elle n’apparaît brièvement qu’au coucher du soleil en ces temps-ci.

De Perpignan, Argelès et Elne la scène a lieu avant sept heures du matin à gauche du Canigou enneigé – entre la mer au large d’Argelès et Collioure et au-dessus de la chaîne des Albères. Magnifique spectacle, ne ratez pas ça.




UN BOLIDE DANS LE CIEL DU ROUSSILLON vu à ELNE 28 juillet 2017 à 22H05 TU

9082017

‌Bonjour,
Un bolide a été signalé le 7 août 2017 dans le ciel du Roussillon, mais personne n’a réagi à celui du 28/29 juillet 2017

http://rers-elne66.over-blog.com/2017/08/retour-sur-la-nuit-des-etoiles-du-rers.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Le soir lorsque tout le monde s’était dispersé, nous bavardions avec Noël et Alexandre, soudain derrière leur dos en une seconde j’avais vu la chose incroyable que je veux toujours voir: UN BOLIDE ! Eux ne l’ont pas vu. Il était exactement minuit 02 à 05 le 29 juillet ou 22H02 à 05 TU le 28 juillet; le bolide est passé presque à l’horizontal avec une pente imperceptible tendant vers le sol certainement à quelques dizaines de kilomètres plus loin vers l’ouest. La hauteur une vingtaine de degrés au-dessus de la surface, la longueur du bolide, certainement suffisamment longue pour qu’elle paraisse quelques centaines de mètres à travers la cime des cyprès. Sa magnitude -11 facilement, la boule avec sa chevelure plus impressionnante que j’ai jamais vue. Magnifique spectacle que j’ai été seul à voir dans toutes la France aux coordonnées de 42°36’15 Nord et 2°57′ 19 Ouest. Si personne ne se manifeste, je l’appellerais « Bolide Wladimir ». Ils en ont vu un vers Narbonne le 7 août dans exactement les mêmes conditions que les miennes. Ce sont de bolides rasant en provenance du radiant « Delta Aquaride ».

Je suis content car quelqu’un l’a vu aussi en Allemagne vers 22h08 TU ce même 28 juillet 2017.

Merci de bien vouloir ajouter cet événement que je transmettrai également au programme « FRIPON » et « reforme » IMO

Wladimir Vostrikov







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus