Siding Spring et Météorites les plus récents

20102014

Je crois qu’il faut analyser tous les paramètres des météorites les plus récents, ne pas les laisser aux oubliettes. Celui qui est passé hier près de Mars à 135000 km c’est très beau, mais il n’y aurait eu aucun impact pour nous sur terre, à part une petite perturbation sur le sol de la planète rouge avec gros jet de poussière de la même couleur. Certes la poussière et le choc auraient pu endommager les instruments à sa surface et cela aurait été dommage, mais heureusement le météorite a frôlé Mars, le spectacle aurait été impressionnant si des terriens se trouvaient là à ce moment comme on peut l’imaginer par les images qu’on peut voir sur internet et celles qui seront mises à disposition les semaines à venir des sites qui nous intéressent; images réelles prises par les sondes martiennes et en orbite martienne. En fait la météorite « Siding Spring » est composée de gaz et de glace, de la consistance d’une meringue… elle aurait rajouter du méthane à Mars en très petite quantité.

Il faudrait s’intéresser à la grosse météorite du 17 février 2013 qui avait explosé au-dessus de la région de Tcheliabinsk, celle-là avait été impressionnante. Il faudrait aussi s’intéresser à la latitude particulière qui se situe souvent au nord du 40-ème parallèle.

Au-dessus du Roussillon se produisent des rentrées dans l’atmosphère de météorites et de bolides, il suffit de consulter les sites internet du Roussillon comme « météorites-66″ et autres pour constater que ces phénomènes se produisent et qu’ils sont spectaculaires comme celui que j’ai personnellement admiré au mois d’aout dernier, un bolide qui finissait sa course dans sa période ultime, une boule blanche comme un phare avec une traînée courte d’est au nord, un éclat et comme des débris d’étincelles continuant la course avec retombée sur la surface de la Terre. Ces phénomènes sont fréquents et selon ce qu’on peut lire ils se produisent sur ces latitudes au-dessus du 40-ème parallèle, dont Tcheliabinsk. Un ami m’a signalé que deux météorites ont parcouru le ciel du Roussillon la semaine passé, je vais essayer de retrouver l’événement c’était indiqué dans « l’Indépendant ».




Un roman technique de science spatiale

1062014

Explosion démographique et
l’inévitable Conquête décisive de la planète Mars

Meilleures ventes

La NSEA est la nouvelle organisation internationale pour l’exploration spatiale. Les organisations américaine, européenne et russe – NASA, ESA et ROSCOSMOS ont travaillé d’une manière sciemment isolée, chacune chez elle, mais cela n’empêchait pas qu’elles aient eu des programmes en commun. L’organisation spatiale chinoise avec ses fusées « Longue Marche » et ses taïkonautes se tient encore plus éloignée des autres. Chacune ses prérogatives jalousement gardées, mais anciennement les espionnages et de nos jours les communications internet ont fait que toutes ces organisations n’avaient plus beaucoup de secrets techniques, sauf le « savoir-faire » national. La Chine garde en secret la composition de ses « ergols » mais le monde spécialisé sait qu’elle utilise des carburants semblables aux Etats Unis, l’Europe et la Russie, des « L », « LL » ou « SL », poudre hautement explosive ou gaz d’hydrogène, oxygène et autres, seuls les dosages restent secrets. La NSEA , « Nations Space Exploration Agreement » (Accord des Nations pour l’Exploration Spatiale) englobe seulement ceux qui maîtrisent et détiennent les hautes technologies d’exploration spatiales, les grandes organisations russes, américaines et européennes. La NSEA a changé complètement de nom et de méthodes. Des investissements nationaux et aussi des investissements basés sur l’actionnariat privé de grandes fortunes et des grandes sociétés composent son budget. Les moyens d’action sont libérés et la NSEA peut se lancer dans les projets les plus intrépides. La coopération entre USA, Russie et Europe ne tient plus du tout compte des différents politiques ni des conceptions nationalistes, philosophiques et religieuses. Cette nouvelle communauté scientifique œuvre pour l’avenir de l’humanité. Seuls la conquête spatiale compte, après Mars – les exoplanètes. Une nouvelle conception planétaire envahit les peuples intrépides avec cette idée constante de la conquête de nouvelles planètes habitables, car sur terre l’explosion démographique rend claustrophobe, ce qui entraîne famines, pollutions et troubles. Cet état de choses peut inévitablement aboutir d’abord à des émeutes et ensuite à des guerres d’abord éloignées des pays occidentaux pour ensuite envahir notre planète en conflit nucléaire.
MARS CONQUÊTE DECISIVE
LES EDITIONS DU NET




Les ondes et les champs gravitationnels et Mordehaï Milgrom

7052014

Je trouve de très bons initiés à l’astrophysique sur internet, qui savent de quoi ils parlent. Ils emploient toutes les terminologies scientifiques surtout celles auxquelles on ne se réfère pas immédiatement, ils rappellent des détails des champs gravitationnels et de leur lieu de prédilection d’activité spécifique, de ce qui les compose, radiations, ondes diverses, rayons gamma, neutrinos, lentilles cosmologiques de jauge des supernovæ, des particules élémentaires, des photons et des limites diverses, de la relativité restreinte d’Einstein à la relativité générale, des notions d’expansion universelle, de ce moment d’une fraction de seconde de l’instant inflationnaire suite à l’entité initiale – de cet instant très précis dont parlent les chercheurs américains de l’université de Harvard depuis quelques semaines – ils auraient déterminé les toutes premières « ondes gravitationnelles » et ce à partir du télescope de l’Antartique spécialement installé là pour des raisons de pureté absolue du ciel. Déjà en 2009 des échanges de commentaires se faisaient sur des blogs qui prévoyaient les découvertes de maintenant à partir du WMAP (Wilkinson microwave anisitropy probe) et par la suite du satellite Planck de l’ESA. Matière sombre et énergie sombre sont discutées et mises en équations, à cet effet il ne serait pas inutile de se référer à « Mordehaï Milgrom » sur sa théorie des champs gravitationnels très différents selon les galaxies, ce qui fluctuerait énormément les lois newtoniennes sur la gravitation « universelle ». Mordehaï Milgrom a bel et bien déterminé son équation flottante pour chaque galaxie, ce qui annihilerait la matière sombre intermédiaire et diminuerait la très influente « énergie sombre ».

Quel dommage d’un autre coté que quelques amateurs du domaine spatial, qui sont passionnés par la cosmologie ne soient pas tolérants mais critiques véhéments. Leur façon de mépriser d’autres amateurs les font éloignés de la sympathie qu’on pourrait leur prêter lorsqu’on peut lire l’un d’eux qui critique un collègue en disant « qu’il ne touche pas une bille dans le domaine du cosmos » – dans un blog en relation avec le domaine en question.
Wladimir Vostrikov




Mars, destination difficile, mais ils s’y lanceront quand même.

14042013

Une jolie affiche simple qui invite le publicPersonne n’ira jamais sur la planète rouge. C’est trop loin, trop étroit dans le vaisseau de transfert Terre-Mars, trop étroit dans les modules d’habitation, trop stressant face à tous les dangers de panne qui peuvent survenir à chaque instant pendant 400 ou 900 jours d’enfermement, trop de promiscuité entre les hommes, les projets prévoient entre quatre et six spationautes astronautes. L’atmosphère de tension sera invivable, même s’ils envoient trois hommes plus trois femmes, il y aura des conflits de toutes sortes, ils deviendront échangistes, des jalousies et des conflits seront incessants comme femmes et hommes pas au goût de chacun, disputes, réconciliations sauf si une espèce de dictature individualiste résonne les passagers d’un vaisseau spatial à la mission extrêmement difficile – sinon même les plus tempérés péteront les plombs et ils s’entre-tueront avant le retour sur Terre. Moins d’un degré pour la rentrée dans l’atmosphère, on l’a fait de nombreuses fois, mais un manque de chance pourrait justement arriver au premier voyage habité vers Mars, à l’aller ou au retour, parmi tous les autres problèmes et les dangers permanents… Prendre place à bord d’un vaisseau spatial vers Mars ou autre lointaine destination, c’est faire face à une mort probable malgré toutes les assurances technologiques – à moins d’emporter un maximum de bouteilles de whisky ou de bon vin, même cela ne sera pas possible.Ils s’y lanceront quand même !




FOND DIFFUS DE L’UNIVERS WMAP et PLANCK

31032013

FOND DIFFUS DE L’UNIVERS

A 370,000 années après le Big Bang, WMAP a déjà réalisé la photographie du fond diffus avec les satellites COBE et surtout WMAP qui porte bien son nom: Willkinson Microwave Anisotropy Probe – Fin 2012 la NASA s’est vue récompensée par un prix remis à l’équipe WMAP qui avait également procédé au nettoyage de la bande cotonneuse de notre Galaxie qui figurait au milieu de la représentation de l’univers tout entier.
Le satellite européen PLANCK et les équipes de l’ASE ont réalisé la plus nette photographie retravaillée en laboratoire, publiée à la fin de ce mois de mars 2013. Un travail qui a duré plus de deux années pendant lequel les spécialistes ont enlevé toutes les ondes parasites photoniques sur 13,7 milliards d’années pour ne laisser que le fond diffus de l’univers naissant de 370,000 années après le Big Bang, le travail consistait à gommer, enlever toutes les couches superficielles que l’on connait pour aboutir à la première qu’on soupçonnait et qui s’est révélée dans la dernière représentation de l’univers naissant.

Si l’on compare les représentation de l’univers naissant d’il y a 370,000 années – le fond diffus de l’univers de WMAP et de PLANCK il est surprenant que les deux satellites ayant scruté l’univers tout entier pendant plus d’une année, représentent une géographie semblable. Surprenant car les deux méthodes ont fait découvrir les mêmes reliefs, la même topologie. Ne nous inquiétons pas, ils travaillent tous ensemble.

Lien de l’interview d’Hubert Reeves au Salon du Livre de Paris 2013 de SCIENCES et AVENIR : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/a-voir-a-faire/20130329.OBS6189/l-image-revelee-par-planck-me-ravit.html




Astéroïde ou météorite au-dessus de Tchelyabinsk du 15 février 2013

23022013

http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/L_impact_de_l_asteroide_en_Russie_Actualisation_et_evaluation_par_l_ESA

On parlait de météorite, mais après analyse l’astéroïde par l’ESA celui-ci faisait 17 mètres de long et on l’estime à 500 TNT – 30 fois la bombe d’Hiroshima,masse entre 8000 et 17000 tonnes. L’explosion avait eu lieu entre 15 et 18 kilomètres d’altitude – heureusement que des avions ne survolaient pas cet espace aérien.
Cliquez sur le lien dans la colonne de droite reprenant le titre ci-dessus. Bonne lecture !
Wladimir




Le ciel extraordinaire de ces nuits jusqu’à la fin juin

19022013

Comme en 2013, il se passe en ce moment ou plutôt ces dernières nuits du spectacle au crépuscule:
Un diamant à l’horizon à l’ouest comme l’annonce le magazine « Ciel et Espace ». Vénus est tellement lumineuse, un vrai phare avec Saturne qui se rapproche et Jupiter avec un peu plus tard lorsque la nuit envahit le ciel, Arcuturus scintille de sa lumière spécifique un peu jaune. Nous vivons les jours les plus longs de l’année, c’est stupéfiant et la nuit n’est pas vraiment « nuit noire » du fait que le Soleil est à 18° sous l’horizon. Chaque année est magnifique dans le ciel, mais c’est Vénus en ce moment la vraie vedette, elle grossit jusqu’au 26 juin – il faut en profiter!

Ce qui est très agréable, c’est de tomber en admiration devant des réalités annoncées et qu’on voit se réaliser exactement comme prévu. Exactement, en matière d’astronomie sur les infinies distances du cosmos est à nos yeux tout à fait exact, en fait il devrait y avoir quelques fluctuations comme pour un nombre décimal ou une approximation. Ces fluctuations sont minimes dans notre système solaire, mais peuvent devenir infiniment énormes aux fins fonds du cosmos. Qu’importe à nos yeux de terriens, vu d’ici tous les calculs des astronomes sont stupéfiants. Ils font un travail admirable de précision mathématique et géométrique dans l’espace. La preuve est visible en ce moment. Chaque soir, la nuit par ciel découvert comme ces jours-ci du 18 février, puis le 19 février il faut regarder le ciel au sud-est pratiquement à la verticale. La Lune et Jupiter qui se rapprochent depuis des mois, depuis l’an passé et même avant dans sa lancée autour du Soleil sur une trajectoire douze fois plus longue que celle de notre Terre, pour venir à son côté. Lune et Jupiter l’énorme sont visibles chaque soir, la nuit du 18 février l’écartement entre les deux astres a été de 3°. L’arc qui les sépare est de 3° qu’on peut mesurer avec son dans le prolongement du bras tendu entre les deux astres. La distance qui les sépare est de plus de deux millions de km, mais à nos yeux ils déambulent dans le ciel côte à côte. La nuit vers 21 heure le 19 février la Lune s’est écartée, bras tendu plus d’un gros point entre les deux astres. L’écartement se prolongera graduellement jusqu’au 18 mars prochain, date à laquelle l’écartement visuel sera seulement de 2,5° (un pouce moyen bras tendu entre les deux).

Ce qui est extrêmément plaisant c’est de constater dans la réalité la preuve de l’intelligence et de l’expérience humaines. Ils ont prévu le phénomène et celui-ci se réalise au-dessus de nos yeux et cela va évoluer jusqu’à 180° fin du mois pour évoluer jusqu’au prochain rapprochement de 2,5° entre les deux astres aux environs du 18 mars prochain, Lune et Jupiter vont encore cheminer quelque temps très « près » l’une de l’autre à nos yeux. C’est grâce à « Ciel et Espace » dans leur calendrier pour l’année astronomique de 2013 qu’on peut découvrir ces merveilles et aussi à bien d’autres passionnés qu’on découvre Arcturus qu’on confond souvent avec Mars ainsi que tous les objets célestes, palnètes, étoiles, galaxies, amas, superamas, supernovae. C’est génial de pouvoir dire « oui, j’ai trouvé dans le ciel ce que vous aviez prévu! »

En regardant le ciel, le 18 février au nord-est dans la soirée, après avoir admiré Jupiter et la Lune, j’ai soudain aperçu un astre qui était vraiment trop flamboyant, c’était bien entendu l’ISS sur sa trajectoire continuelle. Aves le météorite qui a explosé au-dessus de Tchelyabinsk il y a quelques jours et ce jour même le gros astéroïde de 45 mètres de long et de 135,000 tonnes qui était passé au-dessus de l’Indonésie à une altitude de 27,600 km. La trajectoire de l’astéroïde a été plus rapprochée que certains satellites artificiels placés par l’homme. Sur sa lancée aveugle l’astéroïde avait une dynamique supérieure à la force attractive terrestre, mais à son prochain passage lointain dans le futur il en sera autrement. Nous avons eu bien des sujets d’admiration et d’étonnement en quelques jours.
Wladimir




Astéroïde de 50 métres ce soir et explosion d’une météorite au-dessus de Tchelyabinsk ce matin

15022013

Un astéroïde de 50 métres et de 135000 tonnes passera ce soir après 19 heures au-dessus de l’Indonésie et explosion d’une météorite au-dessus de Tchelyabinsk créant une pluie de météorites ce matin – « Il y a de fortes chances qu’une autre météorite pénètre dans l’atmosphère dans les heures à venir », a déclaré Sergey Smirnov, de l’observatoire de Poulkovo.
13022013

Un astéroïde de 50 mètres de long, de 135000 tonnes passera tout à l’heure a à 27600 km de la Terre, c’est très près, plus près que certains satellites ! c’est 1/12ème de la distance Terre-Lune.

La NASA et l’ESA nous ont avertis depuis plusieurs semaines ! Ils suivent la trajectoire constamment – des fois qu’elle se rapproche inopinément…

La pluie de météorites qui s’est abattue ce matin du 15 février 2013 vers 9 heure trente aurait blessé près de 700 personnes dans les environs de Tchelyabinsk au pied de l’Oural. Cette pluie est directement liée à l’astéroïde qui passera en fin de journée, pourrait-on penser. On nous dit que les provenances sont complètement différentes. Il faut préciser qu’il s’agissait d’une météorite suffisament grande qui a explosé en pénetrant dans l’atmosphère terrestre et qui s’est démultiplié en pluie, faisant des dégats matériels et surtout en blessant de nombreuses personnes. Un des éclats aurait creusé un cratère de six mètres. Les deux phénomènes paraîssant liés, proviennent d’origines différentes. Il y a eu une explosion très bruyante au-dessus de TCheliabinsk avec une illumination aveuglante et chaude, puis une pluie de cailloux s’est abattue, laissant un long nuage de vapeur qui s’était formé à partir de l’eau que contenait l’objet céleste. L’astéroïde qui passera à 27600 km de la Terre pourrait passer plus près ! Des résidus peuvent encore couvrir le ciel tout autour de notre planète. L’astronome russe Serhey Smirnov de Poulkovo affirme qu’une autre météorite peur très bien suivre celle de Tchelyabinsk. A Tchelyabinsk sa trajectoire était de provenance Nord-Est et se dirigeait vers le Sud-Ouest. La Terre tournant d’Ouest en Est une météorite qui suivrait la première peut très bien encore tomber sur le 50ème paralelle dans les heures à venir…
Ne m’envoyez pas de message, je le sais, à bientôt.




Le Zodiac – le poème d’Aratus, traduit par Cicéron

15012013

Cicéron, homme politique romain écrivait déjà à environ 60 ans avant J.C. comme beaucoup de chroniqueurs et commentateurs de notre temps du vingt et unième siècle. Comme eux, il écrivait sur des sujets de philosophie, de morale et les thèmes existentiels de son époque. Bien qu’il ait écrit sur des sujets dont les propos ressemblent étonnement aux écrits qui nous sont contemporains, il évoque les forces de la nature liées aux dieux et parfois à un seul Dieu, il ne se gêne pas pour inviter ses lecteurs dans des détails très longs et méticuleux qui les incitent à en abandonner la lecture. Les propos sont étonnants et tout à fait actuels, ils pourraient très bien se rapporter à notre époque, mais le cheminement du raisonnement de Cicéron paraît empreint de naïveté, alors que l’homme était respecté, il avait du pouvoir malgré qu’il se rangeât toujours du côté des politiciens les plus appréciés surtout du côté de César. Son attitude lui avait coûté la vie vers soixante et un ans, il fût assassiné pour avoir tenu tête à Antoine après la mort de César. Il avait soutenu Octavien face à Antoine. Il traduit les écrits concernant la richesse culturelle accumulée par les Grecs. La politique de Rome, la société romaine, César, Octavien et Antoine sont ce qu’ils sont. Malgré son appartenance aux Stoïciens, il est admiratif de tout ce qu’il constate dans la nature, il est extrêmement étonné que l’être humain, les animaux, les plantes, les arbres et la nature tout entière soient aussi parfaits. Quant à la philosophie et la connaissance du monde, de l’univers il se réfère aux Grecs. Je reprendrai ici sa description de ce qu’il tient des Grecs justement, de la Terre, du ciel, de l’univers, des astres, des étoiles et des planètes. Bien évidemment comme pour les Grecs le ciel, le Soleil et les astres, tout tourne autour du centre du monde qu’est la Terre. La description du zodiac grec. En lisant je contrôlais sur une carte du ciel la position de chaque constellation, tout correspond. Tout était déjà observé et consigné à plus de trois cents ans avant Jésus Christ non seulement par les Grecs mais aussi par bien d’autres civilisations. Cicéron a traduit « la description des constellations » d’après un poème d’Aratus qui en fait un rapport très précis, étonnant et poétique. Le zodiac était institué pour rentrer dans la mémoire. Ce qui est étonnant chez Cicéron, c’est qu’il parle de sphère en décrivant la Terre.

Bientôt, le ZODIAC décrit par Aratus et traduit par Cicéron, selon une traduction magistrale !




Vaisseau spatial « Mars Science Laboratory » qui transporte le véhicule « Curiosity Rover »

8072012

La position de « Mars Science Laboratory » évolue constamment et le vaisseau spatial se rapproche de Mars d’heures en heures. Atterrissage prévu le 6 août 2012 !

Un voyage qui a commencé en novembre 2011 pour le vaisseau spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Curiosity Rover ». L’atterrissage sur la planète rouge est prévu le 6 août prochain ! Nous serons tous à l’écoute en direct devant la chaîne de télévision qui nous transmettra l’évènement en semi-direct, en tout cas en direct de la NASA. Il faudra plus de cinq minutes aux ondes radio pour parvenir de « Curiosity Rover » jusqu’aux spécialistes de la NASA qui nous donneront toutes les informations sur le laboratoire le plus performant jamais envoyé sur Mars.

La planète rouge se trouvera au plus près de la Terre en opposition, comme elle le fait tous les vingt deux mois (plus ou moins). Mars est visible dans le ciel ouest en ce moment et pour quelque temps encore, très lumineuse.

Rapport sur l’évolution du vol de la mission de l’engin spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Rover Curiosity »

PASADENA, Californie – Une manœuvre mardi dernier a ajusté la trajectoire du vol de l’engin spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Rover Curiosity » pour atteindre une cible d’atterrissage près d’une montagne martienne.

L’arrivée du véhicule robot « Curiosity Rover » d’un poids d’une tonne est prévue dans la soirée du 5 août 2012, HAP (au début du 6 août HAE en Temps Universel). L’atterrissage va marquer le début d’une mission de deux ans. Cette mission a pour but de déterminer si l’un des endroits les plus fascinants sur Mars aurait pu être un environnement favorable à la vie microbienne.

La manœuvre a servi à la fois pour corriger les erreurs dans la trajectoire du vol et des corrections sur les précédentes suite à une décision prise le mois dernier pour changer de cible d’atterrissage, d’environ 4 miles (7 kilomètres) plus près de la montagne.

La vitesse de l’engin spatial a diminué d’environ un dixième de mile par heure (50 millimètres par seconde). La première et la seconde correction de trajectoire du vol avaient entraîné des changements de vitesse environ 150 fois plus importantes le 11 janvier dernier et environ 20 fois plus importante le 26 Mars.

Le déplacement de la cible d’atterrissage plus près de la montagne, à laquelle le nom de Mont Sharp a été donné, peut réduire de plusieurs mois le temps nécessaire à la conduite du programme prévu quant aux destinations choisies et leurs expositions liées à l’eau et aux minéraux sur la pente de la montagne.

Le vol vers Mars est entré dans sa « phase d’approche » menant à l’atterrissage. Le responsable de la mission Arthur Amador du JPL a annoncé : «Au cours des 40 prochains jours, l’équipe responsable du vol sera « laser-portée » sur les préparatifs et les situations difficiles le jour de l’atterrissage – En permanence ils suivront la trajectoire du vaisseau et surveilleront les performances des systèmes embarqués, tout en utilisant le Réseau de la « NASA Deep Space » pour la continuité des communications. Nous sommes maintenant dans la dernière ligne droite. Le vaisseau spatial continue sa trajectoire sans problème et l’équipe responsable du vol a relevé le défi.

La descente dans la partie supérieure de l’atmosphère de Mars jusqu’à la surface fera utiliser des techniques audacieuses permettant d’atterrir sur une zone plus petite avec une charge utile plus lourde que cela ne l’a jamais été réalisé pour n’importe quelle autre mission précédente sur Mars. Ces innovations, lors du succès de la mission, placeront un laboratoire mobile bien équipé dans un lieu particulièrement adapté aux futures découvertes sur la planète rouge. Ces mêmes innovations permettront à la NASA d’avancer dans les compétences nécessaires pour les missions habitées futures vers Mars.

Une vidéo sur les difficultés de l’atterrissage est en ligne à: http://go.nasa.gov/Q4b35n ou http://go.usa.gov/vMn .

Le 27 Juin, la sonde Mars Science Laboratory transportant le véhicule « Curiosity Rover » aura parcouru environ 307 million miles (494 millions de kilomètres) de la distance totale des 352-millions-miles (567 millions de kilomètres) jusqu’à sa destination finale sur Mars.

JPL, une division du California Institute of Technology de Pasadena, qui gère la mission pour la Direction des missions scientifiques de la NASA, à Washington. Pour plus d’informations sur le véhicule martien « Curiosity Rover » en ligne: http://www.nasa.gov/msl . et http://mars.jpl.nasa.gov/msl/. Vous pouvez suivre la mission sur Facebook à l’adresse: http://www.facebook.com/marscuriosity et sur ​​Twitter à l’adresse: http://www.twitter.com/marscuriosity .

Guy Webster / DC Agle 818-354-6278/818-393-9011
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, en Californie
guy.webster @ jpl.nasa.gov / agle@jpl.nasa.gov 2012-188







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus