SALON DE LA BD et du LIVRE sur L’AVIATION ETAMPES 2 et 3 juin 2018

8052018

Au bord de la Nationale N-20, à 7,5 km au sud d’Étampes se trouve l’aérodrome D’Étampes-Mondésir.

« L’Association Patrimoine et Traditions du Pays de la Beauce » organise les 2 et 3 juin prochains le Salon de la BD et du livre sur l’Aviation. Un week-end passionnant pour ceux qui aiment l’aviation et l’aventure.

Wladimir présentera ses bouquins, notamment:

Partagez ce livre
Le projet Vladikite
WLADIMIR VOSTRIKOV
RÉSUMÉ
L’histoire d’une invention aéronautique commence à Argelès sur mer, puis continue en Espagne, à Chicago, à Genève et à Moscou. Aventure et voyages. C’est un roman, sur une idée déposée à l’INPI, sur un concept de sécurité sur lequel la compagnie Boeing estime que « l’idée » mérite d’être mise en réserve dans leurs inventions en instance. Une invention qui rassemble quelques amis qui construisent un modèle réduit, puis le concept est appliqué à un avion réel, un Yakovlev-52. Voyages pour présentation du concept à Chicago, Genève, Moscou. Un petit aérodrome des Pyrénées-Orientales, au très joli nom de Sainte-Léocadie près d’Andorre est le théâtre des opérations. Un sujet approprié suite aux commémorations de Jules Verne et à l’actualité. Des accidents aériens peuvent survenir n’importe où dans le monde, tous les avions vieillissent et il y a de plus en plus d’appareils en vol. Tellement de phénomènes peuvent survenir comme l’inattention, les conditions météo et la suractivité des compagnies. Il est impératif pour l’avenir de trouver tous les moyens disponibles pour éviter les terribles catastrophes aériennes, ou du moins limiter le nombre de victimes. Quelques idées existent.
Un roman d’aventure et de voyages autour d’une invention aéronautique qui rencontrera la richesse d’imagination des jeunes filles et des jeunes gens.
AUTEUR
Wladimir Vostrikov a publié plusieurs romans dont « Fin du monde à Bugarach » chez Les Éditions du Net, « Conceptions cosmologiques » et « Le songe d’Anne de Kiev – Henri-1er et Anne de Russie », « Mars conquête décisive », « Cosmos-21 », « la particule spirituelle ». Chez LYS Éditions Amatteis : « NSEA allers et retours cosmiques », « L’âme est scientifique – un peu d’astronomie». Passionné de cosmologie, d’aviation et de la préservation de notre planète. L’essentiel demeure dans le respect des uns envers les autres sans omettre le monde animal et végétal pour un meilleur avenir face aux mystères et aux interrogations sur l’intelligence et le cosmos.
• Discipline : jeunesse
• Parution : 19-06-2012
• Auteur : Wladimir Vostrikov
• ISBN: 978-2-312-00384-9
• Format : 120×190 mm
• Nombre de pages : 354
• Série / Collection : Les Éditions du Net

NSEA Allers et retours spatiaux – éditions Lys Editions Amatteis
Etc…

En attendant, jetez un coup d’œil sur le système d’arrimage de la station spatiale ISS avec un astronaute en manœuvre:

https://www.youtube.com/watch?v=RtU_mdL2vBM




« Orion » est encore visible dès 21h30 plein sud

5032018

« Orion » disparaîtra d’ici un mois

Ouais faites gaffe les gars « Orion » la plus belle des constellations est encore visible quand il fait beau en début de nuit, ciel dégagé comme hier, chaque soir plein sud, mais elle s’éloigne progressivement vers le sud-ouest. Bientôt d’ici fin avril au coucher du Soleil, on ne la verra plus, jusqu’au mois de septembre, lorsqu’on pourra la revoir mais très tôt le matin. Tout bouge. Il s’agit de notre longitude de 2°4 – lat 48° en Île de France et (42° pour Elne et Argelès). Pour les pays plus à l’ouest et l’océan Atlantique Orion a disparu et à l’est elle est visible mais pour s’estomper plus tard.
* Capella
* Pollux et Castor (dans le Gémeaux)

* Procyon * Aldébaran

* Bételgeuse * Bellatrix
Le Baudrier (3 étoiles)
la nébuleuse M42
L’épée
* Saiph * Rigel
* Sirius
Pour les Grecques c’était « le Guerrier », sauf qu’ils devaient s’imaginer la tête. Au-dessus à gauche c’est Procyon et au-delà de l’écliptique Pollux et Castor dans « les Gémeaux », bien en-dessous sur la gauche la plus brillante des étoiles visibles de Terre « Sirius ». Au-dessus de Bellatrix, Aldébaran
et si l’on trace comme un triangle équilatéral entre Aldébaran et Castor, c’est sur Capella qu’on tombe – Capella qui se trouve à gauche de la constellation de Persée. Que de très belles étoiles impressionnantes. Orion est selon les astronomes une « nurserie » car des étoiles y naissent.




L’univers rapetissé, danger de l’astrophysique

3032018

Les dangers de l’astrophysique
Parfois je me demande, en réfléchissant, en essayant de se placer à la place des astronomes et des astrophysiciens – leurs travaux sont passionnants c’est entendu, on peut consacrer des heures, des journées, des mois et des années à décortiquer leurs études et leurs découvertes et les analyser avec une véritable passion. Il est impossible de s’ennuyer, les domaines sont infinis, ils touchent à tout de l’infiniment grand à l’infiniment petit, du cosmique au quantique ce fameux lien qu’ils essayent de concilier. Puis ce tout est mathématique, physique, chimique et aussi métaphysique lié à la pensée du cerveau humain. Ce n’est pas un hasard si les astrophysiciens mentionnent bien souvent le facteur humain psychique, la réflexion et les « dogmes » établis par les penseurs de l’antiquité et par ceux du temps des lumières, Sigmund Freud, Frederich Nietzsch et tant d’autres. Qu’il se passe quoi que ce soit dans l’univers, qu’est-ce qu’on en a à faire, si l’on ne réfléchit pas, pourraient se dire les roches, la matière et les gaz comme sur les étoiles et les planètes dépourvus de vie, mais la vie incite à réfléchir et comprendre leur fonctionnement. En réfléchissant de trop, on pourrait dézinguer comme cela est arrivé à de très nombreuses personnes devenues simplement benoîtement «folles» mais on peut aussi rester les pieds sur terre et en réfléchissant, l’univers se dessine. On arrive à le comprendre, mais un autre danger subsiste néanmoins, c’est que l’univers tout entier puisse devenir relatif et l’infiniment grand rejoindre l’infiniment petit. On pourra alors croire que la Terre est devenue « petite », les régions sont petites, les pays sont petits – tout a rapetissé ! L’univers prend alors des dimensions « atteignables » ou le contraire. C’est le danger de l’astrophysique.




Relations étonnantes entre les planètes du système solaire

17022018

Cela peut paraître aberrant voire osé que d’affirmer qu’il existe une relation déterminée, comme réglée au plus juste entre toutes les planètes du système solaire et pourtant il y a déjà bien longtemps que des astronomes ont découvert cet équilibre mathématique de toutes les forces gravitationnelles. Ces forces s’équilibrent entre attraction, répulsion et gravité. Après le Big Bang, l’inflation et le refroidissement de ce qu’était le début de l’univers, dès le premier milliard d’années des nuages d’atomes déjà réalisés se complexifiant en molécules de plus en plus riches circulaient dans le cosmos encore très chaud. Ces nuages mélangés aux gaz subsistent encore disparates vagabondant sans arriver à s’agglomérer à des objets sur leur passage, mais d’autres infiniment plus nombreux et denses ont créé les étoiles utilisant hydrogène et hélium et s’étaient constitués en géantes bleues, d’autres infiniment plus petites ont fini par refroidir encore pour se transformer en naines rouges, d’autres éclatant en supernovae – le tout s’agglomérant dans des systèmes stellaires et dans des amas galactiques jusqu’aux superamas galactiques dont nombreux parmi eux finissant en leur centre dans les trous noirs qui les attendent depuis des milliards d’années. Toutes ces interactions ont une incidence directe sur chacune des planètes du système solaire, peut-être même les objets éloignés en dehors de notre galaxie – une incidence mais infime, mais tout de même incidence, comme les poussières de la « ceinture d’astéroïdes » entre Mars et Jupiter. Les satellites joviens comme les satellites martiens ont une influence sur la planète dont ils dépendent comme la Lune par rapport à la Terre, mais ces influences sont locales, inhérentes à la planète ils sont en équilibre (bien que la Lune s’éloigne de la Terre de trois centimètres par an). Entre Mars et Jupiter les astronomes pensaient à une planète mystérieuse manquante au dix neuvième siècle, en fait il s’agissait de petites influences de Cérès de 1000 km de diamètre découverte par le Hongrois Von Sach sur base des calculs de l’Allemand Karl Gauss et de l’influence d’autres petits planétésimaux et de celle éloignée d’Uranus – des astéroïdes circulent aussi dans ces parages. En fait selon l’échelle de la loi de Titius-Bode, Cérès se trouve à une valeur de 27,7.
Le mathématicien allemand Johann Titius connaissait la série 0,3,6,12,24,48 et 96 qui sépare réciproquement les six planètes, mais cette série ne le satisfaisait pas, quelque chose manquait dans cette logique – il était certain qu’entre le Soleil et Mercure l’on pouvait glisser un « 3″ comme valeur, puis doubler cette valeur à « 6″ jusqu’à Vénus, puis doubler cette dernière à « 12″ pour valeur de la Terre, puis doubler la « 12″ à « 24″ pour obtenir celle de Mars, puis doubler celle de Mars à « 48″ pour celle de Jupiter et « 96″ pour celle d’Uranus, Neptune n’était pas encore découverte par le Verrier. Titius ajoute un « quatre » à chaque élément : le « 3″ devient « 7″ et la suite s’écrit: 4,7,10,16,28,52, et 100. Chaque valeur correspond à une planète sauf celle du « 28″ donc logiquement une force, une planète manquante. La planète manquante n’est autre que celle décrite ci-dessus, Cérès avec d’autres planétésimaux se trouvant bien entre Mars et Jupiter, dans la ceinture d’astéroïdes.

Un équilibre dans le vide du cosmos infini, un équilibre parfait sorti du chaos dense et incandescent – un équilibre dans le froid intense de ses -273°C/K – un équilibre dont des galaxies volent plus vite que la vitesse de la lumière.
Wladimir




Conquête spatiale chez un Éditeur royal LYS Editions Amatteis

9012018

Chez nous, (auteur, éditeur et personnages du livre d’aventure) On ne trimbale pas de sexualité impudique – Nous sommes en dehors de tout vice.
Si vous voulez lire une véritable aventure terrestre et spatiale, saine et réaliste, ce livre est pour vous. Un puritain l’aurait écrit? Non quelqu’un qui respecte la dignité des femmes et des hommes. Comme chez Tintin !
Courage et ingéniosité technique et spatiale.

affiche page vericale mars
Editeur spécialisé dans les ouvrages richement illustrés sur les villes, villages et hameaux de l’Île de France, Seine et Marne et Essonne
« Lys Editions Amatteis » regroupe de nombreuses publications sur de nombreux sujets, cartes postales, marques-pages, affiches, etc.

« LYS EDITIONS AMATTEIS »

dernier ouvrage « NSEA Allers et retours spatiaux
aux Editions « Lys Editions Amatteis »

cliquer ci-dessous:
http://77livres.fr/index.php/listes-2017/nsea-allers-et-retours-spaciaux




MARS aurait pu être conquise en été 2018

22122017

Cette année, vivez la conquête de la planète rouge avec:
NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX

La fusée resterait en orbite et son vaisseau arriverait fin juillet sur la planète MARS. Oui, cet été lors de l’opposition, l’une des plus favorables.

2018 est une année exceptionnelle dans nos relations avec la planète MARS, notre voisine la plus proche dans notre système solaire.

Si on devait se lancer à la conquête de Mars, ce serait maintenant ! Du fait de l’opposition de cet été, mais dans le livre, il y a eu des départs déjà en 2013 et 2015… Un gros stock de matériel est déjà sur Mars.

On devait embarquer dans le vaisseau spatial aux environs du 20 janvier 2018 – c’est à cette date qu’il eut fallu allumer les boosters et faire décoller la très grosse fusée type SLS ou Proton. La planète rouge sera resplendissante tout au long de l’année 2018, l’année de son opposition une des plus favorable, le 27 juillet exactement.
Wladimir

NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX
Lys Editions Amatteis

On peut commander en tapant le titre
soit chez le distributeur, soit : vladex@sfr.fr chèque 22.50 euros plus frais d’envoi 3,50 euros




Sur Terre et dans le cosmos chaque jour sa particularité

20032017

Chaque jour a sa particularité sur notre planète Terre mais aussi dans le cosmos. A chaque instant il se passe des choses et il n’est pas inutile de rappeler les principales étapes qui se renouvellent, comme celle d’aujourd’hui:

ÉQUINOXE DU PRINTEMPS le 20 mars 2017 à 11 heure 28 minutes, le plan de l’écliptique a croisé le plan équatorial céleste c’est à dire le prolongement du plan équatorial terrestre, ce point étant le « point vernal ».

Ce qui est intéressant de mentionner c’est que les rayons du Soleil tapent l’équateur à la verticale à 90° à ce moment précis (pendant plusieurs jours avant et après les variations sont encore minimes). Or à nos latitudes de 48°52′ à Paris ou Elne – Argelès 42°59′ les rayons du soleil nous parviennent inclinés de 41° à 47° environ. Le calcul 90°- 48°52′ = 41° n’est possible qu’au moment précis du croisement au point vernal – avant ou après le croisement il faut prendre en considération en l’additionnant, l’angle entre le plan de l’écliptique et le plan céleste, bien entendu. Mais le même phénomène se reproduira pour l’équinoxe d’automne, puisque les rayons du Soleil taperont l’équateur terrestre de nouveau à la verticale. La Terre ne s’incline pas, elle est inclinée sur son axe par rapport au plan écliptique de 23°26′ c’est son grand parcours, sa révolution autour du Soleil qui lui fait présenter ses différentes latitudes, hémisphère sud, équateur et hémisphère nord d’une manière « presque » immuable, depuis plus de quatre milliards d’années qu’elle nous fait le coup. En été et en hiver les rayons du soleil taperont plus au nord pour s’en aller taper la Terre plus au sud, en passant par l’équateur qui nous crée les équinoxes, avec entre-temps solstice d’été et solstice d’hiver.

Traveler DC 120







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus