Une période exceptionnelle le ciel d’août 2018 dans le Roussillon

10082018

Bonjour à tous depuis la Médiathèque d’ARGELES-SUR-MER

Nuit des étoiles le 3 août 2018 à Elne, « Colline Saint Martin »
Latitude : 42°598 Longitude  2.97°:
(Paris : 48°50 – 2°20)
Il est peut-être nécessaire de se replonger dans l’ambiance astronomique moderne.

Un petit rappel de l’histoire de l’univers
Aristote 350 ans avant JC proclamait que la Terre était plate et qu’elle était le centre de l’univers.
Edwin Huble, astronome américain avait remarqué en 1929 en regardant dans un télescope moderne que dans l’univers non seulement les étoiles, mais les galaxies s’éloignaient à grande vitesse, (en fait à l’inverse du carré de la distance qui les séparaient) donc l’univers était en expansion.
Georges Lemaître, chanoine catholique et physicien émit l’idée que l’univers avait pour origine un point extrêmement dense et chaud, si l’on remontait le temps jusqu’à son point d’origine.
George Gamow, physicien russe devenu américain affirmait que s’il y avait expansion, on devait retrouver des traces sous forme de résidus de rayonnement fossile de sa transformation. Les Américains Penzia et Wilson reçurent le prix Nobel après avoir découvert un « bruit » sous forme d’ondes en provenance du cosmos tout entier, lorsqu’ils avaient construit une gigantesque antelle pour la compagnie américaine BELL.

Jusqu’au vingtième siècle, on se contentait de penser à un univers stagnant, qui ne changeait pas en tout apparence.

D’après les scientifiques modernes :

A partir d’un point dense et extrêmement chaud s’était produit un « big bang » comme l’avait surnommé l’astrophysicien anglais Fred Hoyle en 1947.,
Pendant 380 000 années c’est l’inflation – au début un quark peut-être, puis un neutron, une énorme quantité de neutrons dont une grande quantité peu à peu se transforme en proton – inflation d’une soupe primordiale, d’une mélasse ionique, puis expansion tous azimuts. Des nébuleuses de poussières et de gaz se forment à partir des neutrons et des protons qui deviennent hydrogène, hélium; des étoiles se forment et certaines explosent en supernovae durant le premier milliard d’années. Dans les nébuleuses se produit « l’accrétion » de gaz et de poussières. Des étoiles naissent, autour des étoiles des morceaux se disloquent, d’autres gaz et poussières s’agglomèrent et forment des planètes. Des planètes gravitent autour de millions de milliards d’étoiles dans les galaxies.
Des galaxies se regroupent en amas galactiques, les amas se regroupent en superamas galactiques – un nombre infini, des galaxies par milliards.
Notre Galaxie est « La Voie Lactée » notre proche voisine est visible, c’est la galaxie d’Andromède, elle se trouve à 2 300 000 d’années-lumière, une galaxie spirale, comme la nôtre.

Un rapide rappel :
Une année-lumière équivaut à 10 000 milliards de kilomètres, soit 10 puissance13km
Une unité astronomique. 150 000 000 km (distance : Soleil-Terre)
Notre système solaire :
Le Soleil est notre étoile – 9 planètes gravitent autour presque sur un même plan à quelques degrés près. Distance des planètes au Soleil :
MERCURE 58 000 000 km
VENUS 108 000 000 km
TERRE 150 000 000 km
MARS 228 000 000 km
Ceinture d’astéroïdes dont Cérès 1 000 km de diamètre
JUPITER avec 16 lunes 778 000 000 km 
SATURNE 1 427 000 000 km
URANUS 2 870 000 000 km penchée sur l’écliptique
NEPTUNE 4 497 000 000 km
PLUTON 5 900 000 000 km attirée par une grosse planète dans le Nuage d’Oort.
D’autres planètes dans le Nuage d’Oort dont une grosse planète qu’on suppose derrière le soleil qui met 20 000 ans à en faire sa révolution à 50 UA (unités astronomiques)

Le 27 juillet, extraordinaire ECLIPSE DE LUNE, visible dans toute la France.

ANNÉE SPÉCIALE D’UNE OPPOSITION « très favorable » DE LA PLANÈTE MARS

« MARS » est la quatrième planète du système solaire, en comptant à partir du Soleil. C’est une planète « intérieure » car elle se trouve à l’intérieur de la zone allant du Soleil jusqu’à la « ceinture d’astéroïdes ». Après la ceinture d’astéroïde les planètes faisant partie du système solaire sont dites « extérieures » comme Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton avec leurs lunes – certaines autres peuvent en faire partie, comme une planète importante, plus grande que la Terre mais qui n’a pas encore été localisée, elle se trouverait en ce moment derrière le Soleil, donc impossible à voir, elle ferait sa révolution autour du Soleil en 20 000 années.

Les planètes intérieures sont donc Mercure, Vénus à la plus importante magnitude de -4, la Terre et Mars.
Les orbites de la Terre et de Mars ne sont pas des ellipses parallèles, sans se croiser elles diffèrent de 1°85 ce qui fait que l’alignement dans l’opposition n’est pas la distance qui rapproche les deux planètes Terre et Mars. Opposition parfaite le 27 juillet 2018 (sur un même plan perpendiculaire au plan de l’écliptique) – mais la distance la plus proche entre les deux planètes est le 31 juillet 2018 selon les calculs astronomiques.
Les nuits des étoiles verront Mars s’éloigner de plus d’un million de kilomètres par jour. Le 3 août, la planète Mars s’est éloignée de 8 millions de kilomètres.

La plus courte distance entre Mars et la Terre, le 31 juillet 2018 est de 57 600 000 km
Mars se lève au Sud – Sud-Est vers 22 heures et grimpe dans la nuit à 20° jusqu’à 30°  seulement au-dessus de l’horizon et se couche au Sud-Ouest, peut être masquée par la montagne.
Mars a un diamètre de 6 397 km alors que celui de la Terre est de 12 756 km.

Actualités :
Une tempête s’est levée le 18 juin dernier et continue actuellement, une poussière rouge d’oxyde de fer masque toute la géographie de la planète rouge. On peut tout de même voir le pôle sud, la calotte glacière qui fond pendant deux mois à cette époque particulière de sa révolution autour du Soleil. Mars est donc la dernière planète intérieure avant la ceinture d’astéroïdes.
Mars est dans en ce moment et pendant encore quelques mois dans la Constellation du Capricorne. L’opposition de Mars en 2016 était localisée dans la constellation du Scorpion.

Opposition jamais au même point sur l’écliptique lors de l’opposition Mars-Terre-Soleil.
La révolution autour du Soleil de Mars se réalise en 682 jours terrestres, mais les oppositions ou les conjonctions se réalisent tous les 780 jours terrestres.
La révolution de la Terre autour du Soleil se fait en 365 jours terrestres. L’explication de la différence entre 682 jours et 780 jours est due au fait que la Terre double Mars la première année et les mois restant (14) la Terre recommence une révolution et rattrape le point d’opposition entre les deux planètes.
Localisation :
Vers minuit Sud-Ouest, à 25° au-dessus de l’horizon dans la constellation du Capricorne.
Vénus est tout de même la plus lumineuse de magnitude -4
Quant à Jupiter, sa luminosité diminue jusqu’à -2,3 lors de la période d’opposition de Mars-Terre-Soleil.
La luminosité de Mars en cette période très favorable et même exceptionnelle est de magnitude de – 2,4 La prochaine opposition favorable aura lieu en 2035.
Mars brille plus que Sirius l’étoile la plus brillante du ciel.
Les oppositions de Mars s’échelonnent entre 56 millions à 101 millions de kilomètres selon les années.
Le 3 août, Mars est à plus de 80 000 000 km de la Terre.

Observation du ciel comme de coutume.
Au Sud- Ouest, on peut voir sur l’écliptique et l’horizon, disparaître Antarès du Scorpion
Deneb du Cygne (aplatie aux pôles) du fait de sa rotation – Altaïr de l’Aigle et Véga de la Lyre, pratiquement au zénit.

Arcturus géante rouge du Bouvier, à 35 années-lumière de nous, au diamètre de 20 fois celui de notre Soleil.
La Couronne boréale est à gauche de la constellation du Bouvier.

Les principales constellations autour de l’étoile polaire « Polaris ».
Les douze, treize constellations et tant d’autres astres que nous avions pu contempler sous une voûte céleste limpide avec la Voie lactée sur la Colline Saint Martin.
88 constellations en tout sont répertoriées par les astronomes contemporains, alors que les anciens en avaient répertorié 48.

TOUS LES SOIRS, L’on peut contempler les planètes vedettes de cet été d’Ouest en Est: Vénus – Jupiter – Saturne – et comme un phare rouge Mars à peine à une quinzaine de degrés au-dessus de l’horizon – elle s’élève dans la nuit. Ces planètes avec la Lune croissante nous désignent d’une manière éblouissante l’ECLIPTIQUE arrondie sur laquelle nous nous trouvons sur Terre. N’oublions pas que sur Terre nous tournons comme sur un manège !

Bon été à tous sous canicule et orages impressionnants.
Wladimir Vostrikov




Mir Il a fait plus de 1300 tours de la Terre Serguei Zalyotine

19062018

A vérifier, mais selon mes données, Serguei Zalyotine a fait plus de mille trois cents tours de notre planète Terre en trois vols dont le dernier à bord de MIR juste avant sa désorbitation. Beaucoup de choses à dire, même énormément au sujet de MIR qui avait duré si longtemps à faire ce que fait la magnifique ISS qui est constamment approvisionnée par les fusées « Soyuz » avec le module de retour sur Terre du même nom « Soyuz » depuis de bien nombreuses années. ISS un peu délaissée par les autres partenaires spatiaux qui doivent rebondir d’une manière époustouflante, car ils se préparent alors que les Russes continuent le boulot. Certains diront que ce n’est pas vrai – ils se trompent.

IMGP0419 avec Sergfueï Zalyotine CosmonauteIMGP0418 avec Sergueï Zalyotine cosmonaute<img src="h

Un personnage exceptionnel, Serguei Zalyotine cosmonaute russe que j’ai eu le privilège de rencontrer hier au Cente de la Russie pour la Science et la Culture. Il donne des conférences et explique ce qu'est l'état de cosmonaute, les difficultés, l'expérience qu'il est nécessaire d'acquérir pour avoir le feu-vert pour être appelé à aller dans l'espace – une expérience d'une dizaine d'années après des études supérieures et une formation scientifique, une bonne condition physique, bien que comme John Glenn il est possible d'aller dans l'espace presque à n'importe quel âge – le plus jeune cosmonaute russe ayant été Guerman Titov, il avait vingt cinq ans pour effectuer le deuxième vol spatial juste après Yuri Gagarine.
La formation des cosmonautes – astronautes atteint un tel niveau qu'on pourrait comparer dans le monde le nombre de présidents ou autres dirigeants d'un pays au nombre de deux cents selon les Nations Unies au nombre de cosmonautes – astronautes dont le nombre s'élève à une centaine à peine, deux fois moins: Russie une trentaine, Etats Unis une cinquantaine et une vingtaine pour la Chine sachant que la sélection est très difficile, par exemple sur quatre cents candidats, seulement six ont été retenus en Russie récemment. Un cinquième des effectifs se tient sur le départ. Questions – réponses sans fin auxquelles se prête Serguei Victorovitch avec gentillesse et beaucoup d'humour. La vision de la beauté de la Terre vue de l'espace l'a impressionné pour toujours au milieu d'une multitude d'expériences scientifiques, lors de ses trois vols totalisant plus de soixante jours. A une question d'un jeune garçon il répond que dans l'espace on voit non seulement une multitude d'étoiles, de planètes mais aussi de galaxies à l'infini – le tout répandu dans le ciel tout autour comme d'infimes poussières. Et ces poussières sont d'autant plus nombreuses qu'elles éclairent faiblement dans le noir cosmos par rapport à la nuit terrestre où l'atmosphère fait loupe en grossissant chaque objet céleste.

Sergueï Zalyotine est député de sa région au sein de la Douma russe.

« NSEA allers et retours spatiaux »
Lys éditions Amatteis

Bien que le livre soit écrit en français, Sergueï Zalyotine dit que les nombreuses traductrices le lui traduiront …

On peut voir de nombreux articles et photos concernant Sergueï Zalyotine simplement sur internet en précisant son nom sur votre clavier. Le domaine spatial russe est depuis toujours en étroite collaboration avec toutes les nations impliquées dans cette discipline dont la France bien entendu.




SALON DE LA BD et du LIVRE sur L’AVIATION à ETAMPES-Mondésir

8052018

Au bord de la Nationale N-20, à 7,5 km au sud d’Étampes se trouve l’aérodrome D’Étampes-Mondésir.

« L’Association Patrimoine et Traditions du Pays de la Beauce » – le Salon de la BD et du livre sur l’Aviation. Pour ceux qui aiment l’aviation et l’aventure.

Le projet Vladikite
WLADIMIR VOSTRIKOV
RÉSUMÉ
L’histoire d’une invention aéronautique commence à Argelès sur mer, puis continue en Espagne, à Chicago, à Genève et à Moscou. Aventure et voyages. C’est un roman, sur une idée déposée à l’INPI, sur un concept de sécurité sur lequel la compagnie Boeing estime que « l’idée » mérite d’être mise en réserve dans leurs inventions en instance. Une invention qui rassemble quelques amis qui construisent un modèle réduit, puis le concept est appliqué à un avion réel, un Yakovlev-52. Voyages pour présentation du concept à Chicago, Genève, Moscou. Un petit aérodrome des Pyrénées-Orientales, au très joli nom de Sainte-Léocadie près d’Andorre est le théâtre des opérations. Un sujet approprié suite aux commémorations de Jules Verne et à l’actualité. Des accidents aériens peuvent survenir n’importe où dans le monde, tous les avions vieillissent et il y a de plus en plus d’appareils en vol. Tellement de phénomènes peuvent survenir comme l’inattention, les conditions météo et la suractivité des compagnies. Il est impératif pour l’avenir de trouver tous les moyens disponibles pour éviter les terribles catastrophes aériennes, ou du moins limiter le nombre de victimes. Quelques idées existent.
Un roman d’aventure et de voyages autour d’une invention aéronautique qui rencontrera la richesse d’imagination des jeunes filles et des jeunes gens.
AUTEUR
Wladimir Vostrikov a publié plusieurs romans dont « Fin du monde à Bugarach » chez Les Éditions du Net, « Conceptions cosmologiques » et « Le songe d’Anne de Kiev – Henri-1er et Anne de Russie », « Mars conquête décisive », « Cosmos-21 », « la particule spirituelle ». Chez LYS Éditions Amatteis : « NSEA allers et retours cosmiques », « L’âme est scientifique – un peu d’astronomie». Passionné de cosmologie, d’aviation et de la préservation de notre planète. L’essentiel demeure dans le respect des uns envers les autres sans omettre le monde animal et végétal pour un meilleur avenir face aux mystères et aux interrogations sur l’intelligence et le cosmos.
• Discipline : jeunesse
• Parution : 19-06-2012
• Auteur : Wladimir Vostrikov
• ISBN: 978-2-312-00384-9
• Format : 120×190 mm
• Nombre de pages : 354
• Série / Collection : Les Éditions du Net
LES EDITIONS DU NET

NSEA Allers et retours spatiaux –
éditions Lys Editions Amatteis
Etc…

lulu.com est Distributeur de certains titres:
blue lien lulu

En attendant, jetez un coup d’œil sur le système d’arrimage de la station spatiale ISS avec un astronaute en manœuvre:

https://www.youtube.com/watch?v=RtU_mdL2vBM




« Orion » est encore visible dès 21h30 plein sud

5032018

« Orion » disparaîtra d’ici un mois

Ouais faites gaffe les gars « Orion » la plus belle des constellations est encore visible quand il fait beau en début de nuit, ciel dégagé comme hier, chaque soir plein sud, mais elle s’éloigne progressivement vers le sud-ouest. Bientôt d’ici fin avril au coucher du Soleil, on ne la verra plus, jusqu’au mois de septembre, lorsqu’on pourra la revoir mais très tôt le matin. Tout bouge. Il s’agit de notre longitude de 2°4 – lat 48° en Île de France et (42° pour Elne et Argelès). Pour les pays plus à l’ouest et l’océan Atlantique Orion a disparu et à l’est elle est visible mais pour s’estomper plus tard.
* Capella
* Pollux et Castor (dans le Gémeaux)

* Procyon * Aldébaran

* Bételgeuse * Bellatrix
Le Baudrier (3 étoiles)
la nébuleuse M42
L’épée
* Saiph * Rigel
* Sirius
Pour les Grecques c’était « le Guerrier », sauf qu’ils devaient s’imaginer la tête. Au-dessus à gauche c’est Procyon et au-delà de l’écliptique Pollux et Castor dans « les Gémeaux », bien en-dessous sur la gauche la plus brillante des étoiles visibles de Terre « Sirius ». Au-dessus de Bellatrix, Aldébaran
et si l’on trace comme un triangle équilatéral entre Aldébaran et Castor, c’est sur Capella qu’on tombe – Capella qui se trouve à gauche de la constellation de Persée. Que de très belles étoiles impressionnantes. Orion est selon les astronomes une « nurserie » car des étoiles y naissent.




Relations étonnantes entre les planètes du système solaire

17022018

Cela peut paraître aberrant voire osé que d’affirmer qu’il existe une relation déterminée, comme réglée au plus juste entre toutes les planètes du système solaire et pourtant il y a déjà bien longtemps que des astronomes ont découvert cet équilibre mathématique de toutes les forces gravitationnelles. Ces forces s’équilibrent entre attraction, répulsion et gravité. Après le Big Bang, l’inflation et le refroidissement de ce qu’était le début de l’univers, dès le premier milliard d’années des nuages d’atomes déjà réalisés se complexifiant en molécules de plus en plus riches circulaient dans le cosmos encore très chaud. Ces nuages mélangés aux gaz subsistent encore disparates vagabondant sans arriver à s’agglomérer à des objets sur leur passage, mais d’autres infiniment plus nombreux et denses ont créé les étoiles utilisant hydrogène et hélium et s’étaient constitués en géantes bleues, d’autres infiniment plus petites ont fini par refroidir encore pour se transformer en naines rouges, d’autres éclatant en supernovae – le tout s’agglomérant dans des systèmes stellaires et dans des amas galactiques jusqu’aux superamas galactiques dont nombreux parmi eux finissant en leur centre dans les trous noirs qui les attendent depuis des milliards d’années. Toutes ces interactions ont une incidence directe sur chacune des planètes du système solaire, peut-être même les objets éloignés en dehors de notre galaxie – une incidence mais infime, mais tout de même incidence, comme les poussières de la « ceinture d’astéroïdes » entre Mars et Jupiter. Les satellites joviens comme les satellites martiens ont une influence sur la planète dont ils dépendent comme la Lune par rapport à la Terre, mais ces influences sont locales, inhérentes à la planète ils sont en équilibre (bien que la Lune s’éloigne de la Terre de trois centimètres par an). Entre Mars et Jupiter les astronomes pensaient à une planète mystérieuse manquante au dix neuvième siècle, en fait il s’agissait de petites influences de Cérès de 1000 km de diamètre découverte par le Hongrois Von Sach sur base des calculs de l’Allemand Karl Gauss et de l’influence d’autres petits planétésimaux et de celle éloignée d’Uranus – des astéroïdes circulent aussi dans ces parages. En fait selon l’échelle de la loi de Titius-Bode, Cérès se trouve à une valeur de 27,7.
Le mathématicien allemand Johann Titius connaissait la série 0,3,6,12,24,48 et 96 qui sépare réciproquement les six planètes, mais cette série ne le satisfaisait pas, quelque chose manquait dans cette logique – il était certain qu’entre le Soleil et Mercure l’on pouvait glisser un « 3″ comme valeur, puis doubler cette valeur à « 6″ jusqu’à Vénus, puis doubler cette dernière à « 12″ pour valeur de la Terre, puis doubler la « 12″ à « 24″ pour obtenir celle de Mars, puis doubler celle de Mars à « 48″ pour celle de Jupiter et « 96″ pour celle d’Uranus, Neptune n’était pas encore découverte par le Verrier. Titius ajoute un « quatre » à chaque élément : le « 3″ devient « 7″ et la suite s’écrit: 4,7,10,16,28,52, et 100. Chaque valeur correspond à une planète sauf celle du « 28″ donc logiquement une force, une planète manquante. La planète manquante n’est autre que celle décrite ci-dessus, Cérès avec d’autres planétésimaux se trouvant bien entre Mars et Jupiter, dans la ceinture d’astéroïdes.

Un équilibre dans le vide du cosmos infini, un équilibre parfait sorti du chaos dense et incandescent – un équilibre dans le froid intense de ses -273°C/K – un équilibre dont des galaxies volent plus vite que la vitesse de la lumière.
Wladimir




MARS aurait pu être conquise en été 2018

22122017

Cette année, vivez la conquête de la planète rouge avec:
NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX

La fusée resterait en orbite et son vaisseau arriverait fin juillet sur la planète MARS. Oui, cet été lors de l’opposition, l’une des plus favorables.

2018 est une année exceptionnelle dans nos relations avec la planète MARS, notre voisine la plus proche dans notre système solaire.

Si on devait se lancer à la conquête de Mars, ce serait maintenant ! Du fait de l’opposition de cet été, mais dans le livre, il y a eu des départs déjà en 2013 et 2015… Un gros stock de matériel est déjà sur Mars.

On devait embarquer dans le vaisseau spatial aux environs du 20 janvier 2018 – c’est à cette date qu’il eut fallu allumer les boosters et faire décoller la très grosse fusée type SLS ou Proton. La planète rouge sera resplendissante tout au long de l’année 2018, l’année de son opposition une des plus favorable, le 27 juillet exactement.
Wladimir

NSEA-couverture-335_99x234_92  ORIGINALE 2

NSEA ALLERS et RETOURS SPATIAUX
Lys Editions Amatteis

On peut commander:

soit chez l’Editeur: Lys Editions Amatteis

http://www.77direct

soit en librairies




Sur Terre et dans le cosmos chaque jour sa particularité

20032017

Chaque jour a sa particularité sur notre planète Terre mais aussi dans le cosmos. A chaque instant il se passe des choses et il n’est pas inutile de rappeler les principales étapes qui se renouvellent, comme celle d’aujourd’hui:

ÉQUINOXE DU PRINTEMPS le 20 mars 2017 à 11 heure 28 minutes, le plan de l’écliptique a croisé le plan équatorial céleste c’est à dire le prolongement du plan équatorial terrestre, ce point étant le « point vernal ».

Ce qui est intéressant de mentionner c’est que les rayons du Soleil tapent l’équateur à la verticale à 90° à ce moment précis (pendant plusieurs jours avant et après les variations sont encore minimes). Or à nos latitudes de 48°52′ à Paris ou Elne – Argelès 42°59′ les rayons du soleil nous parviennent inclinés de 41° à 47° environ. Le calcul 90°- 48°52′ = 41° n’est possible qu’au moment précis du croisement au point vernal – avant ou après le croisement il faut prendre en considération en l’additionnant, l’angle entre le plan de l’écliptique et le plan céleste, bien entendu. Mais le même phénomène se reproduira pour l’équinoxe d’automne, puisque les rayons du Soleil taperont l’équateur terrestre de nouveau à la verticale. La Terre ne s’incline pas, elle est inclinée sur son axe par rapport au plan écliptique de 23°26′ c’est son grand parcours, sa révolution autour du Soleil qui lui fait présenter ses différentes latitudes, hémisphère sud, équateur et hémisphère nord d’une manière « presque » immuable, depuis plus de quatre milliards d’années qu’elle nous fait le coup. En été et en hiver les rayons du soleil taperont plus au nord pour s’en aller taper la Terre plus au sud, en passant par l’équateur qui nous crée les équinoxes, avec entre-temps solstice d’été et solstice d’hiver.

Traveler DC 120







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus