Mars conquête décisive dans « Air Actualités »

14102014

Mars conquête décisive » est mentionné dans le magazine de l’Armée de l’Air.
Voir « Air Actualités » d’octobre 2014

Ce livre est une simulation d’un voyage vers Mars à l’échelle des préparatifs, de l’accomplissement du voyage aller, du séjour sur la planète rouge et aussi du retour de deux équipages. Voulez-vous une suite?

Infos recrutement: http://www.air-touteunearmee.fr
pour recevoir gratuitement une documentation d’information.

Des articles passionnants et des photos saisissantes, toute l’actualité sur l’Armée de l’Air

Quelques pages de « MARS CONQUETE DECISIVE » sur Amazon, cliquer sur le lien ou copier coller sur moteur de recherche:

http://www.amazon.de/Mars-Conqu%C3%AAte-D%C3%A9cisive-French-Edition-ebook/dp/B00DS4YY66




Conquête de Mars

2112013

La conquête de la planète Mars ne pourra se faire qu’avec une détermination internationale. Les Etats Unis seuls auront énormément de difficultés, ils pourront le faire mais ne prendront pas assez de précautions. La Russie toute seule, ce n’est pas possible du fait que la Russie s’est depuis longtemps laissée dépasser par les Etats Unis sauf pour ses lanceurs qui sont les plus utilisés par toutes les puissances dotées de l’industrie spatiale. L’Europe toute seule avec sa magnifique fusée Ariane, c’est utopique. Les Chinois avec leurs fusées « Longue Marche », ils n’ont pas l’expérience accumulée depuis des décennies par les autres puissances. Seule la coopération internationale des pays qui sont intéressés par ce projet pourrait aboutir. Envoyer une seule fusée avec son vaisseau spatial ne serait qu’une pénible promenade autour de Mars sans se poser et revenir sur Terre au bout de plus d’une année de voyage dans des conditions désagréables et exténuantes moralement et surtout physiquement. Les pays désintéressés ne seront pas concernés soit, mais si les grandes puissances trouvent un accord pour organiser une imposante descente sur la planète rouge en concentrant tous leurs efforts, leur but sera atteint. Envoyer une flotte de quatorze vaisseaux plus deux stations orbitales autour de Mars pour les téléguidages et les communications sera la meilleure solution pour la sécurité et le confort de cette nouvelle odyssée. Le retour sur Terre ne sera pas un problème et les aller-retour Terre-Mars, Mars-Terre deviendront une ligne spatiale régulière.

le livre « Mars Conquête Décisive » relate une telle aventure.




Mars Conquête décisive

29042013

Mars Conquête décisive dans astrophysique imgp25321-225x300

MARS CONQUÊTE DECISIVE

« Mars Conquête décisive » bientôt sur nos écrans…
ARCTURUS n’est pas MARS – Mars est très loin aussi…
En attendant, c’est Arcturus l’étoile orange qu’on voit au sud à 45° dans le ciel vers 22h30. On pourrait la confondre avec la planète Mars, mais c’est bien Arcturus le belle étoile !

C’est le premier programme le plus audacieux, voici déjà sept vaisseaux sur une totalité de 16 vaisseaux « Mars Conquête décisive »
Pour l’image, l’idée est inspirée par l’affiche du Salon du Bourget 2013, stylisée naïve avec des couleurs – elle est de l’auteur.

"Mars Conquête décisive" bientôt sur nos écrans... ARCTURUS n'est pas MARS - Mars est très loin aussi... En attendant, c'est Arcturus l'étoile orange qu'on voit au sud à 45° dans le ciel vers 22h30. On pourrait la confondre avec la planète Mars, ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >



Les astéroïdes et les météorites frôlés Terre ou passées très près

29042013

L’astéroïde 2012 DA14 est passée à 28000 km de la Terre – c’était très près. « 2012 DA14″ a vraiment frôlé la Terre. La météorite qui a éclaté au-dessus de la ville de Tchéliabinsk, on l’a pas vue venir, mais la population de Tchéliabinsk savait qu’un astéroïde allait frôler la Terre, mais celui-ci devait passe plus tard. Les gens ont été surpris « qu’il éclate plus tôt que prévu ». En effet on l’a pas vu venir, il n’avait pas été détecté, donc on peut en avoir encore de similaires à n’importe quel moment, ou plutôt pendant les périodes fastes de rapprochement. La météorite qu’on pourrait qualifier de météore faisait 17 mètres de diamètre et pesait 10,000 tonnes selon de nouvelles études. Mais dire que les deux événements n’avait aucun lien entre eux, on peut se permettre de ne pas croire les scientifiques sur ce sujet, mais je pense qu’il y a divergence d’interprétation. Ces objets venaient incontestablement de la « Ceinture d’astéroïdes ». Ils ne sont certainement pas partis en même temps, ils ont eu des trajectoires légèrement différentes, mais toutes deux provenaient de la Ceinture d’astéroïde, car des petits cailloux qui traversent l’espace, il y en a mais ils sont attirés sur leur route par bien d’autres gravités.




Mars, destination difficile, mais ils s’y lanceront quand même.

14042013

Une jolie affiche simple qui invite le publicPersonne n’ira jamais sur la planète rouge. C’est trop loin, trop étroit dans le vaisseau de transfert Terre-Mars, trop étroit dans les modules d’habitation, trop stressant face à tous les dangers de panne qui peuvent survenir à chaque instant pendant 400 ou 900 jours d’enfermement, trop de promiscuité entre les hommes, les projets prévoient entre quatre et six spationautes astronautes. L’atmosphère de tension sera invivable, même s’ils envoient trois hommes plus trois femmes, il y aura des conflits de toutes sortes, ils deviendront échangistes, des jalousies et des conflits seront incessants comme femmes et hommes pas au goût de chacun, disputes, réconciliations sauf si une espèce de dictature individualiste résonne les passagers d’un vaisseau spatial à la mission extrêmement difficile – sinon même les plus tempérés péteront les plombs et ils s’entre-tueront avant le retour sur Terre. Moins d’un degré pour la rentrée dans l’atmosphère, on l’a fait de nombreuses fois, mais un manque de chance pourrait justement arriver au premier voyage habité vers Mars, à l’aller ou au retour, parmi tous les autres problèmes et les dangers permanents… Prendre place à bord d’un vaisseau spatial vers Mars ou autre lointaine destination, c’est faire face à une mort probable malgré toutes les assurances technologiques – à moins d’emporter un maximum de bouteilles de whisky ou de bon vin, même cela ne sera pas possible.Ils s’y lanceront quand même !




Voyages interstellaires et science fiction lucide

31032013

C’est de la science fiction que se régalent le plus les jeunes, de films d’action. Pour eux il faut arrêter la poésie et les récits longs et fastidieux qu’ils ne veulent pas lire, c’est exclus car regarder la télévision est bien plus simple – on ne fait même plus l’effort de lire, la lecture subsiste uniquement pour les besoins du travail, cela peut se comprendre de nos jours mais quel gâchis, quel dommage de passer à côté des richesses de l’Humanité – richesses de l’esprit et de la liberté où n’intervient pas l’argent, les économies, la bourse, les actions, les salaires, les intérêts ou les magouilles. Alors à bientôt la science fiction, un récit extraordinaire qui se réalisera dans la réalité du futur, mais sans extravagances comme des histoires à la star-trek – les voyages interstellaires entre planètes habitables auront bien lieu. La NASA, l’Agence Spatiale Européenne, Roscosmos et bien d’autres organismes ayant pour vocation le cosmos étudient toutes les possibilités futures des voyages cosmiques en scrutant l’univers à la recherche de planètes habitables. Ces planètes sont toutes très éloignées, il faudra de longues années pour les atteindre, avec l’appréhension de découvrir des habitants qu’on a peine à imaginer – seront-ils comme nous, différents, très différents, cela sera la découverte de mondes nouveaux pour sauver l’espèce humaine qui un jour pourrait simplement s’autodétruire pour de très nombreuses raisons. Après avoir lancé un vaisseau spatiale, ce que nous savons faire, il faudra lui donner des impulsion constantes d’accélération : vitesse, puis coup d’accélération, vitesse de croisière puis nouveau coup d’accélération, puis de nouveau vitesse de croisière et encore accélération – pour s’approcher au plus près de « C ». Suivra la décélération progressive ou par à coup, le contraire des accélérations, vitesse décroissante puis atterrissage sur une planète déterminée et là commencera la nouvelle aventure.




BERS Boundary Echo Repulse System and Cold Aircraft Engine for future

11032013

Boundary Echo Repulse System should be placed onboard-inside every airplane…

Cold Aircfrat Engine. A system such as not to expulse any heat from jet pipe…

Explanation already mentioned in « Vladikite project »




Astéroïde ou météorite au-dessus de Tchelyabinsk du 15 février 2013

23022013

http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/L_impact_de_l_asteroide_en_Russie_Actualisation_et_evaluation_par_l_ESA

On parlait de météorite, mais après analyse l’astéroïde par l’ESA celui-ci faisait 17 mètres de long et on l’estime à 500 TNT – 30 fois la bombe d’Hiroshima,masse entre 8000 et 17000 tonnes. L’explosion avait eu lieu entre 15 et 18 kilomètres d’altitude – heureusement que des avions ne survolaient pas cet espace aérien.
Cliquez sur le lien dans la colonne de droite reprenant le titre ci-dessus. Bonne lecture !
Wladimir




Le ciel extraordinaire de ces nuits jusqu’à la fin juin

19022013

Comme en 2013, il se passe en ce moment ou plutôt ces dernières nuits du spectacle au crépuscule:
Un diamant à l’horizon à l’ouest comme l’annonce le magazine « Ciel et Espace ». Vénus est tellement lumineuse, un vrai phare avec Saturne qui se rapproche et Jupiter avec un peu plus tard lorsque la nuit envahit le ciel, Arcuturus scintille de sa lumière spécifique un peu jaune. Nous vivons les jours les plus longs de l’année, c’est stupéfiant et la nuit n’est pas vraiment « nuit noire » du fait que le Soleil est à 18° sous l’horizon. Chaque année est magnifique dans le ciel, mais c’est Vénus en ce moment la vraie vedette, elle grossit jusqu’au 26 juin – il faut en profiter!

Ce qui est très agréable, c’est de tomber en admiration devant des réalités annoncées et qu’on voit se réaliser exactement comme prévu. Exactement, en matière d’astronomie sur les infinies distances du cosmos est à nos yeux tout à fait exact, en fait il devrait y avoir quelques fluctuations comme pour un nombre décimal ou une approximation. Ces fluctuations sont minimes dans notre système solaire, mais peuvent devenir infiniment énormes aux fins fonds du cosmos. Qu’importe à nos yeux de terriens, vu d’ici tous les calculs des astronomes sont stupéfiants. Ils font un travail admirable de précision mathématique et géométrique dans l’espace. La preuve est visible en ce moment. Chaque soir, la nuit par ciel découvert comme ces jours-ci du 18 février, puis le 19 février il faut regarder le ciel au sud-est pratiquement à la verticale. La Lune et Jupiter qui se rapprochent depuis des mois, depuis l’an passé et même avant dans sa lancée autour du Soleil sur une trajectoire douze fois plus longue que celle de notre Terre, pour venir à son côté. Lune et Jupiter l’énorme sont visibles chaque soir, la nuit du 18 février l’écartement entre les deux astres a été de 3°. L’arc qui les sépare est de 3° qu’on peut mesurer avec son dans le prolongement du bras tendu entre les deux astres. La distance qui les sépare est de plus de deux millions de km, mais à nos yeux ils déambulent dans le ciel côte à côte. La nuit vers 21 heure le 19 février la Lune s’est écartée, bras tendu plus d’un gros point entre les deux astres. L’écartement se prolongera graduellement jusqu’au 18 mars prochain, date à laquelle l’écartement visuel sera seulement de 2,5° (un pouce moyen bras tendu entre les deux).

Ce qui est extrêmément plaisant c’est de constater dans la réalité la preuve de l’intelligence et de l’expérience humaines. Ils ont prévu le phénomène et celui-ci se réalise au-dessus de nos yeux et cela va évoluer jusqu’à 180° fin du mois pour évoluer jusqu’au prochain rapprochement de 2,5° entre les deux astres aux environs du 18 mars prochain, Lune et Jupiter vont encore cheminer quelque temps très « près » l’une de l’autre à nos yeux. C’est grâce à « Ciel et Espace » dans leur calendrier pour l’année astronomique de 2013 qu’on peut découvrir ces merveilles et aussi à bien d’autres passionnés qu’on découvre Arcturus qu’on confond souvent avec Mars ainsi que tous les objets célestes, palnètes, étoiles, galaxies, amas, superamas, supernovae. C’est génial de pouvoir dire « oui, j’ai trouvé dans le ciel ce que vous aviez prévu! »

En regardant le ciel, le 18 février au nord-est dans la soirée, après avoir admiré Jupiter et la Lune, j’ai soudain aperçu un astre qui était vraiment trop flamboyant, c’était bien entendu l’ISS sur sa trajectoire continuelle. Aves le météorite qui a explosé au-dessus de Tchelyabinsk il y a quelques jours et ce jour même le gros astéroïde de 45 mètres de long et de 135,000 tonnes qui était passé au-dessus de l’Indonésie à une altitude de 27,600 km. La trajectoire de l’astéroïde a été plus rapprochée que certains satellites artificiels placés par l’homme. Sur sa lancée aveugle l’astéroïde avait une dynamique supérieure à la force attractive terrestre, mais à son prochain passage lointain dans le futur il en sera autrement. Nous avons eu bien des sujets d’admiration et d’étonnement en quelques jours.
Wladimir




Astéroïde de 50 métres ce soir et explosion d’une météorite au-dessus de Tchelyabinsk ce matin

15022013

Un astéroïde de 50 métres et de 135000 tonnes passera ce soir après 19 heures au-dessus de l’Indonésie et explosion d’une météorite au-dessus de Tchelyabinsk créant une pluie de météorites ce matin – « Il y a de fortes chances qu’une autre météorite pénètre dans l’atmosphère dans les heures à venir », a déclaré Sergey Smirnov, de l’observatoire de Poulkovo.
13022013

Un astéroïde de 50 mètres de long, de 135000 tonnes passera tout à l’heure a à 27600 km de la Terre, c’est très près, plus près que certains satellites ! c’est 1/12ème de la distance Terre-Lune.

La NASA et l’ESA nous ont avertis depuis plusieurs semaines ! Ils suivent la trajectoire constamment – des fois qu’elle se rapproche inopinément…

La pluie de météorites qui s’est abattue ce matin du 15 février 2013 vers 9 heure trente aurait blessé près de 700 personnes dans les environs de Tchelyabinsk au pied de l’Oural. Cette pluie est directement liée à l’astéroïde qui passera en fin de journée, pourrait-on penser. On nous dit que les provenances sont complètement différentes. Il faut préciser qu’il s’agissait d’une météorite suffisament grande qui a explosé en pénetrant dans l’atmosphère terrestre et qui s’est démultiplié en pluie, faisant des dégats matériels et surtout en blessant de nombreuses personnes. Un des éclats aurait creusé un cratère de six mètres. Les deux phénomènes paraîssant liés, proviennent d’origines différentes. Il y a eu une explosion très bruyante au-dessus de TCheliabinsk avec une illumination aveuglante et chaude, puis une pluie de cailloux s’est abattue, laissant un long nuage de vapeur qui s’était formé à partir de l’eau que contenait l’objet céleste. L’astéroïde qui passera à 27600 km de la Terre pourrait passer plus près ! Des résidus peuvent encore couvrir le ciel tout autour de notre planète. L’astronome russe Serhey Smirnov de Poulkovo affirme qu’une autre météorite peur très bien suivre celle de Tchelyabinsk. A Tchelyabinsk sa trajectoire était de provenance Nord-Est et se dirigeait vers le Sud-Ouest. La Terre tournant d’Ouest en Est une météorite qui suivrait la première peut très bien encore tomber sur le 50ème paralelle dans les heures à venir…
Ne m’envoyez pas de message, je le sais, à bientôt.




Vaisseau spatial « Mars Science Laboratory » qui transporte le véhicule « Curiosity Rover »

8072012

La position de « Mars Science Laboratory » évolue constamment et le vaisseau spatial se rapproche de Mars d’heures en heures. Atterrissage prévu le 6 août 2012 !

Un voyage qui a commencé en novembre 2011 pour le vaisseau spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Curiosity Rover ». L’atterrissage sur la planète rouge est prévu le 6 août prochain ! Nous serons tous à l’écoute en direct devant la chaîne de télévision qui nous transmettra l’évènement en semi-direct, en tout cas en direct de la NASA. Il faudra plus de cinq minutes aux ondes radio pour parvenir de « Curiosity Rover » jusqu’aux spécialistes de la NASA qui nous donneront toutes les informations sur le laboratoire le plus performant jamais envoyé sur Mars.

La planète rouge se trouvera au plus près de la Terre en opposition, comme elle le fait tous les vingt deux mois (plus ou moins). Mars est visible dans le ciel ouest en ce moment et pour quelque temps encore, très lumineuse.

Rapport sur l’évolution du vol de la mission de l’engin spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Rover Curiosity »

PASADENA, Californie – Une manœuvre mardi dernier a ajusté la trajectoire du vol de l’engin spatial de la NASA « Mars Science Laboratory » transportant le véhicule « Rover Curiosity » pour atteindre une cible d’atterrissage près d’une montagne martienne.

L’arrivée du véhicule robot « Curiosity Rover » d’un poids d’une tonne est prévue dans la soirée du 5 août 2012, HAP (au début du 6 août HAE en Temps Universel). L’atterrissage va marquer le début d’une mission de deux ans. Cette mission a pour but de déterminer si l’un des endroits les plus fascinants sur Mars aurait pu être un environnement favorable à la vie microbienne.

La manœuvre a servi à la fois pour corriger les erreurs dans la trajectoire du vol et des corrections sur les précédentes suite à une décision prise le mois dernier pour changer de cible d’atterrissage, d’environ 4 miles (7 kilomètres) plus près de la montagne.

La vitesse de l’engin spatial a diminué d’environ un dixième de mile par heure (50 millimètres par seconde). La première et la seconde correction de trajectoire du vol avaient entraîné des changements de vitesse environ 150 fois plus importantes le 11 janvier dernier et environ 20 fois plus importante le 26 Mars.

Le déplacement de la cible d’atterrissage plus près de la montagne, à laquelle le nom de Mont Sharp a été donné, peut réduire de plusieurs mois le temps nécessaire à la conduite du programme prévu quant aux destinations choisies et leurs expositions liées à l’eau et aux minéraux sur la pente de la montagne.

Le vol vers Mars est entré dans sa « phase d’approche » menant à l’atterrissage. Le responsable de la mission Arthur Amador du JPL a annoncé : «Au cours des 40 prochains jours, l’équipe responsable du vol sera « laser-portée » sur les préparatifs et les situations difficiles le jour de l’atterrissage – En permanence ils suivront la trajectoire du vaisseau et surveilleront les performances des systèmes embarqués, tout en utilisant le Réseau de la « NASA Deep Space » pour la continuité des communications. Nous sommes maintenant dans la dernière ligne droite. Le vaisseau spatial continue sa trajectoire sans problème et l’équipe responsable du vol a relevé le défi.

La descente dans la partie supérieure de l’atmosphère de Mars jusqu’à la surface fera utiliser des techniques audacieuses permettant d’atterrir sur une zone plus petite avec une charge utile plus lourde que cela ne l’a jamais été réalisé pour n’importe quelle autre mission précédente sur Mars. Ces innovations, lors du succès de la mission, placeront un laboratoire mobile bien équipé dans un lieu particulièrement adapté aux futures découvertes sur la planète rouge. Ces mêmes innovations permettront à la NASA d’avancer dans les compétences nécessaires pour les missions habitées futures vers Mars.

Une vidéo sur les difficultés de l’atterrissage est en ligne à: http://go.nasa.gov/Q4b35n ou http://go.usa.gov/vMn .

Le 27 Juin, la sonde Mars Science Laboratory transportant le véhicule « Curiosity Rover » aura parcouru environ 307 million miles (494 millions de kilomètres) de la distance totale des 352-millions-miles (567 millions de kilomètres) jusqu’à sa destination finale sur Mars.

JPL, une division du California Institute of Technology de Pasadena, qui gère la mission pour la Direction des missions scientifiques de la NASA, à Washington. Pour plus d’informations sur le véhicule martien « Curiosity Rover » en ligne: http://www.nasa.gov/msl . et http://mars.jpl.nasa.gov/msl/. Vous pouvez suivre la mission sur Facebook à l’adresse: http://www.facebook.com/marscuriosity et sur ​​Twitter à l’adresse: http://www.twitter.com/marscuriosity .

Guy Webster / DC Agle 818-354-6278/818-393-9011
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, en Californie
guy.webster @ jpl.nasa.gov / agle@jpl.nasa.gov 2012-188




Breitling Jet Team at La Ferté Alais – May 27th with Daniela and Feya

28052012

Merci à Daniela et Feya d’avoir accepté de faire une photo avec mon petit fils Alexandre qui a douze ans. Daniela et Feya se sont prêtées à la prise de cette photographie en plaçant mon petit fils entre elles – il est au milieu de ces jeunes et jolies jeunes femmes courageuses à l’extrême, c’est lui qui les a reconnues dans le hangar de l’association Jean Baptiste Salis, à la Ferté Alais, elles venaient de terminer leur show entre 30 mètres d’altitude jusqu’à 400 mètres d’altitude avec comme performance de se tenir debout sur chacun des deux appareils à hélice et à faire simultanément les mêmes figures de gymnastes, harnachées contre un poteau fixe sur le toit de chaque carlingue – chaque avion coordonné l’un à l’autre réalisant des remontées vertigineuses jusqu’au point zéro, pour repartir en des longues lignes droites, puis des piqués à attraper une crise cardiaque – pendant ce temps Feya et Daniela, Daniela et Feya réalisent en beauté leur show – petites figurines sur le dos de chaque appareil, avec les commentaires émanant des haut-parleurs du speaker qui arrivent en va et vient pendant qu’elles font leur jolis gestes avec aussi les pieds au ciel à des vitesses entre 80km/heure et 240 km/heure. Lorsque je leur ai demandé hier : « Can you breath normally facing the wind? » (arrivez-vous à respirer normalement sans difficulté face au vent?) Daniela répondit: « The plane may be in a difficult situation, but not us! » – (l’avion peut être en difficulté, mais pas nous!) – si c’est pas du courage…
Daniela et Feya sont anglaises – elles sont merveilleuses de beauté, de courage et de gentillesse.
All our best wishes to both of you ! You’re fantastic !
Wladimir and Alexander




Réinventer certaines bases aéronautiques

20092011

Bases historiques et traditionnelles, intouchables qu’on pense inaltérable. La conception même devenue classique des techniques aéronautiques. Tout faire pour éviter le moindre incident, la moindre défaillance, comme on le fait en matière de navigation spatiale, les moindres détails sont considérés et une solution adéquate est adoptée. Les calculs de trajectoires pour aller d’un point à un autre dans le cosmos sont établis avec une précision extrême par de puissants ordinateurs, car pour une équipe de techniciens, d’ingénieurs et de théoriciens astrophysiques cela prendrait un millier d’années que d’établir toutes les coordonnées nécessaires aux vols spatiaux, tellement d’éléments sont complexes et aussi évolutifs dans le temps. A la base même de l’aéronautique, certaines conceptions devraient être « revues » et des améliorations devraient être apportées, car les techniques évoluent et influent sur de nombreux aspects qu’on oublie de considérer.
Bientôt sur cet écran ! telles que la conception « Vladikite » et le « BERS »




Météorites, fragments de corps et objets célestes dangereux pour l’aviation

21052011

Une réflexion simple peut expliquer (peut-être) un phénomène rare mais possible. Un avion gros porteur avec passagers et équipage s’abime dans l’Atlantique. L’avion survolait une zone orageuse de forte turbulence.

Les scientifiques savent que notre Terre reçoit d’une manière quotidienne à sa surface entre 100 tonnes et 1000 tonnes de météorites plus ou moins importantes. Ces corps célestes peuvent être de diverse nature, de la poussière fine de la taille de la pointe d’une aiguille, des pierrailles de roche et de minerai de petites taille jusqu’à de grosses météorites qui n’ont pas eu le temps de se consumer dans les hautes couches atmosphériques, où normalement ils brûlent totalement entre 70 et 40 km d’altitude.

Parfois la totalité de la matière n’est pas consumée, ce qui entraîne une retombée sur Terre de météorites bien plus importantes qu’une poussière jusqu’à des météorites de plusieurs tonnes. Les plus grosses météorites peuvent être détectées, comme celles qui par leur impact sur Terre peuvent détruire des surfaces équivalentes à celles que pourraient détruire des dizaines ou même des centaines de bombes atomiques, mais cela n’arrive que tous les deux cents millions d’années. Les avions traversent quotodiennement une zone très spécifique, celle de l’équateur. D’ailleurs, les corps et objets célestes proches de notre planète se concentrent justement beaucoup plus au-dessus de l’équateur, du simple fait que la vitesse de déplacement des régions équatoriales due à la rotation terrestre est incomparablement et proportionnellement plus élevée qu’aux pôles nord et sud selon la gravité terrestre et la force centrifuge même faible. Ce fait gravitationnel est réel et il est explicite en constatant simplement les autres planètes de notre système solaire comme Saturne avec ses anneaux, mais aussi Uranus et Neptune. Selon les astrophysiciens des météorites peuvent aussi s’échapper de leur champ gravitationnel qui les lie à leur planète et traverser la ceinture d’astéroïdes pour s’échouer à la surface de la Terre. De plus certaines statistiques établissaient déjà en 1990 que plus de 6000 objets célestes, comme boulons, poubelles, réservoirs et diverses pièces de fusées se trouvent en suspension en haute stratosphère, prêts à foncer vers la surface de la Terre. En 2011 plus de 20000 corps et objets célestes de même nature gravitent autour de notre planète et se trouvent surtout au-dessus de l’équateur. Ils représentent un grand danger pour les avions pour une raison très simple. Une météorite de 7,5 cm a touché un adolescent de 14 ans à Munich le 13 juin 2009 alors que le garçon se rendait à l’école. Il a été blessé légèrement. Il affirme que la météorite aurait tout brulé sur son passage, et celle-ci s’est enfoncée dans la terre. (Daily Telegraph). Des faits analogues se perpétuent quotidiennement la plupart du temps sans blesser quiconque. Une météorite ou un débris de satellite ou de fusée aurait davantage de probabilité de toucher un avion dont la surface planaire est de 100m2 à 700m2 qu’un individu d’environ 0,2m2 !

Des météorites qui frappent la Terre pendant les périodes des Perséides, les Delta Aquarides et autres périodes, aux objets largués par l’Homme dans l’espace autour de la Terre, présentent certainement un danger qui en toute logique semble réel. Ces objets filent à 40 km seconde et peuvent percuter des avions en vol en détruisant instantanément tout ce qui se trouve autour de la zone d’impact, comme les circuits éléctroniques, mécaniques et radio, rendant l’appareil dramatiquement injoignable et fatalement neutralisé …    

                                                                                                                         Wladimir Vostrikov 




Vladikite project

8072010

The author designed a way to try to avoid a crash of aircraft in some distress cases.
In 2001 the idea of designing an aircraft rescue system for an airplane in a situation of impending disaster before a crash, Wladimir Vostrikov has imagined a solution to save in this desperate situation, passengers and crew. Thanks to this revolutionary concept, the aircraft can hover in relative safety, even in case of engine shutdown, and land safely in a field on top of a forest or on the surface of water, sea, ocean.
Sweet crazy dream or brilliant project? When in doubt, Wladimir Vostrikov files the idea with INPI in Paris, then submits it to major aircraft manufacturers French and European. No answer is received. Far from being discouraged, he brings it to the attention of an American Company. The Company after analysis, confirms that his idea has caught their attention and is filed in a sort of « reserve of ideas. » But Vostrikov does not stop there. Like Leonardo da Vinci, who left to mankind his sketches and visionary calculations, he creates a written record of his project as a novel (published) – « Vladikite project ». Contraction of Vladimir (the protagonist) and Kite as a « kite » in English. The story begins by constructing a mock-up model through which designers validate his concept. Then he imagines the possibility of applying it to a real plane, a Yak-52, with first presentation in Chicago, then in Geneva and Moscow. In a small airfield in the Pyrenean Mountains in France, the team performs the first tests. The following result is in adventure to discover by reading this book, with its thrill, and the excitement it brings. It is an adventure novel. Highly recommended, if the dream becomes reality, it is also a beautiful message of hope.
Celine Fillot – journalist
Book may be available: e-mail address: vladex@sfr.fr




Des météorites de janvier à décembre chaque année

17042010

Chaque année on retrouve les mêmes situations.

La Terre traverse des zones de météorites: Il suffit de consulter

« Le petit guide du ciel »

de

Bernard Pellequer

préface d’Hubert Reeves.

Début janvier  : « Les Quadrantides »  vers le 3 et le 4 janvier

vers les 21-22 avril: « Les Lyrides »

Cette année la météorite qui a traversé le ciel du Midlle-west aux Etats Unis s’y est pris un peu plus tôt. En effet les dates sont très justes mais peuvent être aussi légèrement aléatoires. Les météorites peuvent se manifester avant ou après ces dates. C’est ce qu’on voit surtout au mois d’aout dans le ciel pendant nos vacances d’été. Généralement les dates prévues sont les 12 et 13 aout mais bien souvent « les étoiles filantes » apparaissent et se manifestent aussi bien avant qu’après ces dates.

Il y en a aussi en mai, le 5 et le 6 mai « Les Aquarides »

le 28  et le 29 juillet « Les Delta Aquarides »

le 12 et le 13 aout « Les Perséides »

vers le 21 octobre « Les Orionides »

le 3 novembre « Les Taurides »

le 17 et le 18 novembre « Les Léonides »

le 13 et le 14 décembre « Les Géminides ».

Les météorites se désintègrent à des altitudes entre 70 et 40 km, généralement grosses comme des grains de sable mais d’une luminosité éclatante. Les plus grosses peuvent atteindre la Terre.

 




Miraculés du Cessna au large de la Corse, du lundi 12 octobre!

13102009

Il ne s’agit pas d’un « miracle » comme le dit joliment le pilote dans l’état dans lequel il se trouve à l’hôpital, NON, le miracle c’est bien LUI, car LUI seul  a manié les manettes qu’il fallait, malgré les turbulences et la vitesse du Cessna avec son moteur à l’arrêt. Il a su le faire planer dans des conditions de tempête et planer encore. C’est bien ce pilote qui est extraordinaire. Il a sauvé ses compagnons par son extraordinaire sang-froid et son extraordinaire savoir faire: Il a su amerrir ce dont tous les pilotes semblent avoir vraiment peur.  Avant de toucher l’eau, il déverrouille les portes, sa compagne en quelques fractions de secondes fait habiller tous ses compagnons du gilet de sauvetage, l’avion plane encore et survole la mer agitée – touché l’eau tumultueuse entre deux vagues énormes, c’est le choc comme contre un réel obstacle, malgré la dextérité du formidable pilote, le train d’atterrissage freine immédiatement le Cessna qui flotte deux secondes puis se renverse et coule devant les six compagnons – juste une seconde après qu’ils aient eu tous le temps de jaillir par les portes, le pilote sort avec le gilet à la main et l’enfile dans l’eau froide. Ils restent plus de quatre heures dans la mer en tempête et l’eau à vingt degrés. La première chose à faire, c’est de rester tous groupés, ne pas s’écarter les uns des autres pour faciliter le repérage par les secours et se soutenir moralement et physiquement, s’aider. D’abord heureux d’être en vie, puis hébétés et transis de froid ils s’apprêtent à mourir.

Une fois dans l’eau agitée avec des creux atteignant quatre mètres, les secours comprenant la Gendarmerie, l’Armée de l’Air, la Sécurité Civile et un bateau de la Marine, tous dans une formidable coordination ont permis le sauvetage dans des conditions effroyables. Il faut se rendre compte que des harnais au bout des câbles des treuils d’hélicoptères, avaient été largués au-dessus des naufragés, entre des vagues énormes ils oscillaient dans tous les sens sans qu’ils puissent s’en saisir, dans des mouvements complètement désordonnés, en pleine nuit. Les compagnons étaient abasourdis.

UN énorme BRAVO et une énorme ADMIRATION POUR LE

« PILOTE-PLANEUR » et « LES SECOURS ». Lui, c’est « Manitas de plata » de l’aéronautique. Qu’il se rétablisse le plus vite possible, lui, sa compagne qui a su si bien conseiller tout le monde et les compagnons. Qu’ils sortent vite de l’hôpital où les ont fait rentrer pour leur bien, les secours dont certains membres ont du prendre de très sérieux risques lundi dernier.

le 14 octobre 2009 Wladimir Vostrikov




Extraordinaires pilotes d’ATR

4102009

Si on surf sur internet en tapant « pannes des deux moteurs sur ATR » on peut trouver cet article d’un ATR-42 qui a amerri au large de la Sicile en 2005 entre Palerme et la Tunisie. La panne des deux moteurs était due à un montage scandaleusement erroné de la part de quelques mécaniciens au sol, qui avaient remplacé des jauges de kérosène de l’ATR-42 en y plaçant un modèle d’ATR-72 – elles se ressemblent mais elles sont destinées à des réservoirs complètement différents et les chiffres lus au tableau de bord dramatiquement faux. Résultat: réservoirs vides, les deux moteurs s’arrètent l’un après l’autre et l’avion plane à partir de 23000 pieds. Il descend pendant seize minutes – seize minutes de descente en vol plané c’est très long, les passagers plus ou moins avertis et à l’amerrissage 16 morts ou disparus et tout de même 23 survivants. Avec des ailes qui semblent vraiment étroites sur les ATR, il s’avère que ces avions ont la faculté de planer admiranblement. A bord de cet ATR deux pilotes hors du commun qui ont su garder leur sang froid et sauver la vie à 23 personnes. Appareil partagé en trois parties lors de l’amerrissage, l’avant coule à pic mais les pilotes s’en sortent indemnes, l’arrière coule à pic et le milieu de la carlingue flotte grâce aux réservoirs vides et 23 personnes sont épargnées. Mais je me pose une question, très personnellement d’ailleurs, si un avion avec des hélices qui se mettent « en drapeau » et les pâles dans « le fil du vent », elles sont immobilisées – ne pourrait-on pas aussi à un dernier moment, lorsque la panne est telle qu’il n’y a plus de retour en arrière pour les faire redémarrer, comme en l’occurence panne des deux moteurs, les larguer. On pourrait aussi peut-être, prévoir une protection autour des hélices telle qu’elle autoriserait l’implention du système que j’ai imaginé dans mon livre que j’ai l’intention de rééditer; « Le projet Vladikite », les chances si la téchnique trouve la solution, en seraient augmentées.

 

« This novel is translated in English and is published in the United States of America with CreateSpace »

This blog will inform on the issue.




La région de Perpignan est aéronautique

28092009

La région de Perpignan, le Roussillon en général est une région de prolongement des exercices et des tests réalisés par les sites aéronautiques de Toulouse ainsi que pour l’aviation de plaisance et de tourisme.

 

Librairie du Centre

rue du 14 juillet

66700 ARGELES-SUR-MER 

On peut y commander mes livres.




Une météorite aurait davantage de probabilité de toucher un avion qu’un être humain

20062009

Une météorite der 7,5 cm a touché un adolescent de 14 ans à Munich le 13 juin dernier alors que le garçon se rendait à l’école. Il a été blessé légèrement. Il affirme que la météorite aurait tout bruler sur son passage, et celle-ci s’est enfoncée dans la terre.

Une météorite ou un débris de satellite ou de fusée aurait davantage de probabilité de toucher un avion dont la surface planaire est de 100m2 à 700m2 qu’un individu d’environ 0,2m2 !

Un avion s’écrase dans l’océan Atlantique près de l’équateur, dans une zone connue pour ses turbulences. L’évènement est inexplicable en l’absence d’informations concrètes comme celles fournies par les boîtes noires qu’on vient de retrouver l’une après l’autre à grande profondeur. Seuls les nombreux spécialistes en aéronautique réunis ensemble pourront trouver l’explication. Panne technique, « panne à effets inversés »…, météo ou toute autre explication comme impact de météorite, débris de fusée en retour vers la Terre. La zone équatoriale autour de la Terre est une zone où les objets célestes comme des débris ou des météorites sont en quantités beaucoup plus concentrés qu’ailleurs.  L’impact d’une visse sur une carlingue peut la traverser en endommageant irrémédiablement un système d’importance majeur. Comme un neutrino traversant la Terre de bout en bout. 

WV le 4 mai 2011

Voir articles:  du « Telegraph »

http://www.gazeta.ru/news/lenta/2009/06/12/n_1371671.shtml

Le Figaro et beaucoup d’autres.







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus