à la Cité des Sciences, l’astronomie

3112018

Avec Alexandre mon petit-fils, nous avons vu et écouté Aurélien Barrau à la Cité des Sciences de Paris. « Trous noirs et gravitation quantique » édifiant, intéressant et spectaculaire « good one man show » Salle Gaston Berger où science et poésie s’ajustent parfaitement – où a-t-il trouvé ces textes ? Les mini trois noirs quantiques du LHC ne représentent aucun danger pour la Terre car en laboratoire ils éclatent comme des petites bulles de savon, je pense qu’il a fait cette comparaison par rapport aux « mini big bang » étudiés et approchés au LHC qui selon les astrophysiciens ne représentent aucun danger pour notre planète, alors que certains commentaires affirmaient il y a de cela quelques années que le « Big Bang originel » est bien parti d’un mini début qui devint exponentiel. Puis Brigitte Zanda, toujours passionnante avec son programme « Fripon Vigie-Ciel » avec Asma Steinhausser qui a détaillé leur logistique. Juste avant « Photométrie des astéroïdes » avec Stéphane Fauvaud salle « 2″ énumération d’études très sophistiquées pour mesurer les objets du ciel dont les astéroïdes, puis Hérvé Cottin salle Louis Armand qui a remis les pendules à l’heure concernant les affirmations hâtives par les plus grands journaux du monde sur « la vie trouvée ailleurs que sur la Terre », une position comme celle d’Enrico Fermi: Des extraterrestres ? Vous en voyez ? Moi j’en vois pas, où sont-ils ? Peut-être qu’un jour l’un d’eux nous frôlera, nous touchera ou pire voudra nous faire du mal… peut-être sont-ils déjà là depuis fort longtemps, mais « peut-être n’est pas scientifique ». Pour l’instant les plus infimes particules les plus basiques n’ont pas été trouvées, sauf de la glycine et du carbone, très peu d’échantillons de l’espace cosmique ont été récoltés comme des poussières infimes d’un capteur revenu sur la Terre et quelques kilogrammes de roches lunaires stériles. De nombreuses conférences passionnantes auxquelles il était impossible d’assister simultanément à d’autres. Des rencontres.
Et puis nombreux stands de télescopes fantastiques, de trépieds et de montures équatoriales motorisées, des lunettes, des Dobson motorisés numériques, des jumelles et des accessoires, on ne sait où donner de la tête!




Konstantin Korotkov, dans « l’âme est scientifique »

24052018

Konstantin Korotkov, professeur de physique et autres matières scientifiques à Saint-Petrersvourg a commencé à bouleverser les connaissances tangibles pour cerner d’une manière scientifique l’âme de l’être humain. L’âme est aussi logée chez les animaux, c’est pourquoi il ne faut jamais maltraiter un animal. Korotkov est mentionné dans « L’âme est scientifique – un peu d’astronomie ».

Konstantin Korotkov rejoint certaines conceptions de Roger Penrose et Stephen Hawking.

Par des procédés scientifiques Konstantin Korotkov étudie l’aura des humains, et les propagations électromagnétiques du cerveau par les canaux quantiques qui ne peuvent que déboucher sur l’âme. Les procédés scientifiques utilisés sont modernes et basés sur ceux de la méthode Kirlian notamment. Le couple Kirlian qui avait réussi à photographier l’aura humaine, ce procédé est infiniment plus précis avec l’aide d’ordinateurs hautement perfectionnés pour pouvoir aborder la propagation d’ondes quantiques des neurones du cerveau et du corps. Les découvertes sont stupéfiantes ainsi que les applications qu’on peut en déduire pour le domaine médicale.

Il faudrait peut-être le traduire…
Ecoutez-le:







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus